Google Plus, le mal-aimé ?

closeCet article a été publié il y a 5 mois 7 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Vous savez, Google Plus me rappelle les années lycée. Quand nous apprenions qu’un nouveau venu allait rejoindre les rangs, qui plus est un nouveau venu avec un papa super connu, nous étions tous excités et empreints à différentes interrogations. Comment va-t-il être ? Est-ce que nous aurons les mêmes centres d’intérêt ? Sera-t-il beau ?

Puis, lorsqu’il arrivait, tout le monde se précipitait sur lui pour être son nouvel ami, lui poser des tas de questions, le tester, bref, l’examiner sous tous les angles. Mais, l’euphorie de la nouveauté passée, la majorité des gens l’abandonnait pour retourner voir les stars du lycée. Vous savez, F. et T.

Certains, qui étaient pourtant les premiers à avoir tendu la main à ce petit nouveau, se mettaient à se moquer, à l’affubler de sobriquets ridicules et à conseiller aux autres de ne pas s’en approcher.

Google Plus, boudé ?

J’ai honte, mais j’ai fait partie de ces gens. J’ai tout de suite accueilli Google Plus. J’ai partagé des choses avec lui, j’ai plussoyé ses paroles et nous avons formé des cercles ensemble. Puis, j’ai vu beaucoup le quitter et moi-même, j’entretenais déjà une amitié forte avec F. et T., je n’avais plus vraiment de place dans mon emploi du temps pour Google Plus. Alors, je l’ai quitté, ignoré et parfois un peu moqué.

Pourtant, ceux qui avaient décidé de poursuivre cette relation me mettaient en garde : « Attention, il a un papa super influent, il se peut qu’il devienne important par la suite. T et F seront alors boudés et inutiles. Tourne-toi vers le bon camp ». Mais j’y croyais peu. Je me disais que j’avais le temps de voir venir.

La revanche des sites… ayant une page Google Plus

Je vous parle d’un temps lointain, en 2011. Mais à l’aube de 2013, je me suis aperçu que ma veille sur les réseaux sociaux tendait à affirmer ce que mes amis virtuels me disaient à l’époque. Papa Google n’allait pas laisser Junior seul et utilisait son influence pour le propulser en avant. Authorship, Author Rank, prise en compte des +1, affichage des statuts Google + dans les résultats de recherche… Oui, le géant américain prenait vraiment soin de son petit rejeton et commençait à m’interpeller.

Il était temps pour moi de me faire pardonner par Google Plus. En plus d’être malin, fluide et influent, il est magnanime. Je n’ai eu aucun problème pour retourner le voir et à nouveau partager, commenter et plussoyer avec lui.

Moralité de l’histoire

Avec Facebook qui commence à pénaliser les marques qui ne lui donnent pas d’argent, en baissant sciemment le taux de reach des publications, puis Twitter qui réfléchit à abandonner ses fidèles @ et #, pourtant nécessaires au community management, c’est à se demander s’ils ne veulent pas faire la promotion de Google Plus.

Google Plus qui, lui, nous chouchoute.

J’ai aujourd’hui fait mon mea-culpa auprès du réseau social de Google et j’ai du mal à comprendre pourquoi tant de professionnels du webmarketing semblent le bouder. Vous allez me dire que le grand public n’y est pas encore et que la plupart des entreprises n’y sont pas. Pourtant, plus d’un internaute sur 5 y est inscrit. Et si Facebook continue de choisir arbitrairement les publications qu’il affiche, les internautes vont avoir envie de se tourner vers un autre réseau.

Pour moi, la plupart des objections fournies par les community managers sont plutôt des arguments en faveur de Google Plus et je vois au moins 4 bonnes raisons de considérer ce réseau comme indispensable à votre stratégie digitale :

 

1. Vos concurrents n’y sont pas ou peu

Le fait que vos concurrents soient moins présents sur cette plateforme, n’est-il pas un atout ? Une occasion unique de vous démarquer et d’être plus visible que sur les autres réseaux sociaux où vous êtes noyé dans la masse. Sur Google +, vous avez la possibilité de devenir pionnier et influent !

Mais si on regarde les chiffres des abonnés, et surtout du nombre de consultations, on se rend facilement compte que Google + n’est pas aussi désert que vous pensez…

Le nombre de consultations est parfois plus parlant que le nombre d'abonnés...

Le nombre de consultations est parfois plus parlant que le nombre d’abonnés…

 

2.  Votre référencement est boosté

Rien que pour le référencement, cela vaut le coup de poster vos articles sur Google Plus. Par ailleurs, si vous avez une activité locale, vous pouvez créer une page locale et ainsi apparaître plus facilement dans les résultats de recherche des personnes géolocalisées près de votre boutique.

Voilà ce que me montre la section "local" de Google +. Ou comment booster le commerce de proximité.

Voilà ce que me montre la section “local” de Google +. Ou comment booster le commerce de proximité.

 

3. Vous enrichissez les résultats de recherche

Grâce à une présence sur le réseau social, vous pouvez afficher davantage d’informations sur les liens dans les résultats de recherche. C’est très important, car les résultats agrémentés de rich snippets encouragent davantage l’internaute à cliquer. Or, plus de visites, cela signifie plus de notoriété et de ventes.

Sur quel(s) lien(s) avez-vous envie de cliquer ?

Sur quel(s) lien(s) avez-vous envie de cliquer ?

 

 

4. Vous pouvez opérer un marketing plus ciblé

Grâce au système des cercles, qui vous permettent de segmenter parfaitement vos contacts, vous pouvez choisir à qui va votre information. Bien souvent, dans vos abonnés sur les réseaux sociaux, se mélangent clients, prospects, concurrents et experts. Vous pourrez alors adopter une ligne éditoriale spécifique à chaque segment, augmenter votre impact et mieux gérer votre e-réputation.

Les communautés d'AlloResto

 

Alors, pourquoi ne pas faire la paix avec Google Plus et l’intégrer à votre stratégie numérique ?

A propos de l'auteur

Céline Albarracin

Céline Albarracin

Rédactrice web passionnée par le marketing numérique, j'aide les professionnels et les entreprises à trouver leur place dans les internets. Mes mots tourbillonnent au rythme du rock'n'roll qui accompagne mélodieusement mes journées. Alors, on surfe ?

Commenter l'article