Twitter détrônera-t-il Facebook ?

closeCet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 28 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Depuis quelques semaines, Twitter a le vent en poupe et sa stratégie agressive semble être payante, beaucoup plus efficace que tous les autres réseaux sociaux. Un effet de mode ? Probablement pas, et Twitter s’installe de plus en plus sur les hauteurs du secteur. Les preuves ne manquent pas.

 

Une excellente dynamique qui booste Twitter

La semaine dernière, Twitter a annoncé officiellement une refonte du design des profils sur son réseau social. La surface d’un iceberg qui révèle que la firme de Jack Dorsey opère une stratégie bien huilée pour détrôner son grand rival, Facebook. Mais surtout, c’est l’environnement et la dynamique globale du marché qui donne davantage de crédit à Twitter, comme une force invisible qui pousse Facebook dans des labyrinthes complexes, et qui donne à Twitter une ascension exponentielle, bien que Twitter génère plus de revenus sur mobile que Facebook, avec pourtant beaucoup moins d’utilisateurs.

 

Déjà 1 milliard de dollars de revenus ?

Le milliard de dollars de chiffre d’affaires, c’est en 2014 que Twitter en verra la couleur, selon les propos de Jon Erlichman, analyste de Bloomberg. Une date très avancée par rapport aux précédentes estimations, mais sur laquelle tous les grands analystes américains s’accordent désormais pour affirmer la croissance exponentielle du site de micro-blogging. Lancé en 2006 en Californie, on a longtemps considéré Jack Dorsey et ses équipes comme les outsiders du web social, loin derrière les géants géants Google et Facebook. On entend un tout autre discours ces dernières semaines, avec un entrain sans précédent pour Twitter.

Et toutes les raisons sont là pour confirmer sa très bonne santé, jusqu’à se demander si Twitter pourrait détrôner Facebook et les autres dans un avenir proche, et devenir le réseau social de référence dans le monde. D’autre part, le plus grand cabinet de conseil du secteur technologique, Forrester, confirme ces estimations en ré-affirme la position de force que possède Twitter sur le marché : “les entreprises qui ont utilisé les solutions publicitaires de Twitter ont été ravies” avançait l’analyste Nate Elliott, avant de rajouter : “Twitter sera capable de continuer cette dynamique et de réaliser davantage de bénéfices.”

 

Facebook, de son côté, tombe dans une crise inquiétante

D’abord, ses concurrents ne vont pas si bien. Facebook commence à se faire peur. Cette semaine, l’action de la firme de Mark Zuckerberg a atteint un triste record de $18,75 (alors que l’action a été lancée en grande pompe à $38 l’unité). Retentissant donc, mais il y a encore plus inquiétant : Peter Thiel, l’investisseur historique de Facebook, qui avait injecté $500.000 lors des premiers pas du réseau social en 2004, a revendu presque la totalité de ses actions (20 millions d’actions vendues) pour une somme avoisinant le milliard de dollars, selon le document financier officiel publié par la firme. De même pour Dustin Moskovitz. Si même les pères fondateurs vendent leurs parts de Facebook, c’est que l’avenir semble capricieux et austère. Qu’on se le dise, le réseau de Mark Zuckerberg n’a tout simplement plus la côte auprès des internautes, et logiquement des marchés financiers.

Devenu trop précieux pour être acquis par n’importe quel autre groupe, Twitter écrit désormais son futur seul, et a les ressources nécessaire pour faire de la sorte. Pour preuve, les fondateurs ont le vent en poupe, et comme l’a relayé The Guardian, les fondateurs de Twitter (Ev Williams et Biz Stone) ont lancé ce mois-ci deux nouveaux réseaux sociaux : Branch et Medium, en s’appuyant sur la force de frappe et l’expertise de Twitter.

 

Un partenariat stratégique avec Apple

Pour confirmer cette tendance, Apple a d’ailleurs parfaitement saisi l’avenir radieux de Twitter. Souvent frileuse à envisager des partenariats avec des entreprises extérieures, la firme de Tim Cook a surpris en annonçant à la fin de l’année 2011 l’intégration complète de Twitter aux appareils Apple (iPhone, iPad et Mac). Tous l’univers Apple est connecté de base à Twitter, tous les services y sont reliés, et ce largement avant Facebook, qui ne sera intégré qu’à la fin de l’année 2012. Avec ce partenariat, Apple a vu ses inscriptions mensuelles augmenter de 25% selon les propos de son direction relayés par TechCrunch. En parallèle, le très célèbre New-York Times, a annoncé qu’Apple pourrait investir quelques milliards de dollars dans Twitter dans un futur proche, pour renforcer leur partenariat.

 

Twitter s’impose peu à peu auprès des annonceurs publicitaires

Pour revenir à la stratégie publicitaire, Twitter est beaucoup mieux accueilli que ses concurrents, à la fois par les annonceurs et les utilisateurs. Le réseau social travaille méticuleusement à séduire les petits annonceurs, pour leur faire comprendre l’intérêt de la publicité sur Twitter. Et cela rapporte. Cette année, ses revenus sont en progression de plus de 86%, estimés à $260 millions de dollars selon le sérieux cabinet eMarketer. À titre de comparaison, Facebook n’enregistre une augmentation de ses revenus que de 28% cette année, et a annoncé des pertes inquiétantes au second semestre de 2012, ce qui place le réseau social de Mark Zuckerberg dans une situation bien plus fragile. 

Ainsi, ce sont les entreprises, agences et professionnels du secteur qui sont davantage tentés par l’aventure du tweet. Et les exemples sont nombreux : General Motors qui abandonne ses publicités sur Facebook car inefficaces, Pepsi qui signe un accord d’un milliard de dollars avec Twitter pour une opération de communication sans précédent sur les réseaux sociaux, selon le New-York Times. Pourquoi ? Premièrement, c’est plus simple. Alors qu’analyser les performances d’une campagne sur Facebook est digne du parcours du combattant pour avoir des métriques précises et complètes, en zigzaguant à travers le score d’engagement, le taux de viralité, le reach generator, et la complexité générale du système de publicité proposé, Twitter se démarque avec une plateforme utile et directe. Besoin de mesurer l’impact d’une campagne ? Rien de compliqué, vous avez directement votre nombre de retweets, de mentions, de nouveaux followers, et de tweeds liés à un hashtag spécifique, le tout avec d’innombrables outils d’analyse. Rien de plus facile, au final.

 

“Twitter est le réseau qui offre le plus d’opportunités commerciales pour les entreprises”

Debora Williamson, analyste du cabinet de conseil eMarketer, a d’ailleurs précisé que “l’expansion durable de la force de frappe commerciale de Twitter à l’international participera à doubler ses revenus annuels à l’étranger pour les deux prochaines années.” Dans d’autres cabinets américains, notamment pour Group M, la conclusion est tout aussi satisfaisante : Twitter est le réseau qui “offre le plus d’opportunités commerciales pour les entreprises”, et celles qui n’envisagent pas une stratégie sur le réseau californien risquent de se “retrouver à la merci de l’anarchie du marché”.

Avec près de 600 millions d’inscrits, Twitter rattrape Facebook dans la course (900 millions d’inscrits). Mais pas seulement conçernant le nombre d’utilisateurs : Twitter devient plus populaire, plus prisé, source d’une meilleure qualité d’information, dont les usages se multiplient, sa situation financière est solide et s’améliore sérieusement. Des indications sérieuses pour confirmer la forte dynamique de Twitter : réseau social leader en 2014 ?

A propos de l'auteur

Alexandre Jouanne

Alexandre Jouanne  (14 articles)

Digital creative à Paris, précedemment à Sydney / 22 / Médias sociaux, publicité et technologie / Community manager de temps à autres / ex @Vanksen / Blogueur pour My Community Manager évidemment, et d'autres (Socialbakers, Rue89).

Articles recommandés

Commenter l'article