Article suivant


My Community Manager

26 avril 2012

Troller et être récompensé ? Bientôt possible avec Klout

closeCet article a été publié il y a 2 ans 4 mois 7 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour.
Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Je suis toujours admiratif des entreprises qui arrivent à vendre du vent. Je ne parle pas des éoliennes ou des appareils respiratoires, mais bien de faire un vrai hold-up quant à un produit aux vertus soit disantes salvatrices. Klout en est probablement le parangon le plus actuel. Il me rappelle ces vieux colporteurs qui vendaient sur la place publique des laxatifs en faisant croire à un médicament contre la nécrose des sourcils. Comparées à elles, les personnes de petite taille xénophobes sont de l’ordre de la normale. 

Après nous avoir réussi à vendre l’indice le plus éthéré au monde, voici que pointe une nouvelle grosse arnaque : les pages entreprises … heu les Squad Page. Pourquoi Squad ? Heu. 

Les nouvelles Pages pour entreprises Klout sont donc arrivées. Trompettes, tapis rouges et pantalons baissés, les grands gourous des médias sociaux salivent comme le chien de Pavlov. Il faut dire que les grosses arnaques liées à des services novateurs qui vont bousculer nos habitudes sont devenues légions dans notre domaine. Après les succès indéniables de Quora ou de Color qui s’annonçaient comme les chantres d’une ère nouvelle, voici venir celle des services qui n’apportent rien, voir qui sont discriminatoires, mais qui sont utilisés par tous : « non, désolé t’as un score Klout trop ridicule je peux ne pas te laisser entrer ». Oui parce que certaines entreprises ont vraiment décidé de privilégier les internautes estampillées par Dieu Klout. Ridicule. Pour les gourous, tant que leur score reflète leur incommensurable influence, c’est que cela marche et est pertinent. 

Influenceurs sur passage Klouté

Alors qu’est-ce que ces pages d’entreprises qui vont tout révolutionner, au même titre que le fil à couper le yaourt ? Rien, en fait elles existaient déjà. Très belle arnaque. Prenez quelque chose qui existe, comme un chat, changez son look et vous obtenez un ornithorynque. Oui, car les pages Klout, ce ne sont que des topics qui ont été bien habillements habillés. Trompette, tapis rouges et pantalons baissés. 

Les topics, ces pages autour de thématiques précises où vous pouvez recevoir des +k de personnes que vous ne connaissez pas (eux non plus d’ailleurs, mais bon). Et puis il y a Dieu Klout, qui non content de dire que vous êtes influent, dit également dans quel domaine. Nul besoin de +k, au final. Il suffit juste de parler abondamment d’un sujet, en bien … ou en mal. Car Klout a beau être Dieu, Klout a le Q.I d’une huitre. Les sophistes feront donc le rapprochement Huitre = Dieu, mais ne cherchez pas la petite bête avec moi ho hein. Klout est incapable de reconnaître des insultes, des critiques, de l’ironie … Pour lui, un simple et courtois « va crever » s’apparente à de l’influence. 

Influenceurs Kloutés

Une fois les 100 premiers influenceurs listés, l’entreprise pourra offrir des prix. Par exemple, chez RedBull, les 1000 premiers gagnent 4 canettes (ce qui est pas mal si vous avez jubilé à les insulter). Évidemment, il y en a pour les 10 et 100 premiers également, mais ne voyons pas trop loin. 

Or, c’est bien là que cela devient intéressant, pour nous les trolls (allons, ne me dites pas que jamais vous n’avez trollé). Avec un indice aussi intelligent qu’un cheval mort, n’importe qui peut entrer dans le topic de la marque simplement en la dénigrant, en l’insultant, en suppurant de haine. Si vous avez des amis Trolls, à défaut d’avoir des vrais amis, vous pourrez même réclamer des +k pour monter en puissance. « RedBull donne des ailes, ouais bah je me suis cassé une jambe en sautant par mon balcon, publicité mensongère ! » (oui c’est du trolling soft). 

Avec les pages entreprises squad page topics Klout, vous pourrez donc troller en toute tranquillité contre des entreprises ET recevoir de celles-ci des cadeaux. Vous ne rêvez pas, c’est vrai. Elle est pas belle la vie de Troll ? À vous de jouer !



A propos de l'auteur

Antoine Dupin
Antoine Dupin
Passionné par Internet et la communication, j’ai la chance d’en faire mon métier. Spécialiste des médias sociaux et des relations d’un internaute à une marque, j’effectue une veille quotidienne sur ce passionnant environnement que je partage au travers de mon compte Twitter. Vous pouvez lire mes analyses sur mon blog, sur les différents livres numériques auxquels j’ai participé mais également, bientôt, vous procurer mon ouvrage « La Pratique des Médias Sociaux » qui devrait très prochainement être publié.








 
 

 
0000361503

Il était une fois une star du X sur les réseaux sociaux chinois

Célèbre malgré les différences Dans cet article nous allons vous présenter Sola Aoi, ancienne actrice de film pour adulte, qui grâce à une utilisation habile des réseaux sociaux est parvenue à changer son image pour de...
par Olivier Verot
2

 
 
A (Self) Portrait of Depression - By Lloyd Morgan (Creative Commons)

Ode au paradoxe du CM pour les campagnes d’influenceurs

Cet article a été publié il y a 11 mois 1 jour, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Dans le cadre de mon activité professionnelle, je me suis penché sur...
par Maël Roth
22

 
 
7K0A0674

Collaboration marques et blogueurs: forcément chronophage?

Cet article a été publié il y a 1 an 3 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. L’agence Outils du Web a publié les résultats d’une enq...
par Maël Roth
7

 




20 commentaires


 
 

  1. Grammar_Nazi

    Bonjour!
    Ce commentaire pourra être effacé, vu que je ne réagis pas sur Klout (connais pas) mais sur la tournure des phrases.
    Attention, ce commentaire n’est là que pour vous aider dans votre rédaction.
    “Soi-disant est un adjectif composé invariable : il ne prend aucune marque de féminin ni de pluriel.” source : grammaire.reverso.net. DOnc à la deuxième ligne, tout faux.

    “des topics qui ont été habillement habillés” m’a bien fait rire… un L de moins à habillement et ce sera parfait

    “Après nous avoir réussi à vendre” petit souci d’inversion de mots : Après avoir réussi à nous vendre.

    Bon. merci de vous relire/faire corriger quand même.

    Sinon, pour Klout et le fait de troller en toute liberté, les entreprises ne vont-elles pas relire les critiques quand même? ya pas un moyen de modérer?


    • Antoine Dupin

      Merci beaucoup, heureusement que vous êtes là pour surveiller les fautes en tout genre. Comme vous dites, nous n’écrivons pas pour le contenu mais bien pour la forme. J’aurai fait un article sur la syphilis dans les orgies de lémuriens-troncs votre commentaire aurait eu la même teneur.


  2. Sophie Trinquand

    Bonjour Antoine et toute l’équipe de myCM,

    Le système de Klout, en lui-même, favorise les trolls. Il a toujours été basé sur “l’activité” , l’interaction, en aucun cas sur la qualité.
    De toute façon, quel organisme pourrait, sérieusement, se targuer de mesurer la qualité d’écrits ? Et si des entreprises décidaient d’investir en temps, dans ce mode de com: ou elles ont des sous à perdre, ou elles sont mal conseillées: il y a bien d’autres outils web à intégrer dans une stratégie.
    Pour moi, Klout et ses homologues ne sont que des appli destinées à placer des pubs, voire des pseudo RS.
    J’ai supprimé mon compte, il y a maintenant , environ 6 mois. Tout comme les frères Yann et Hervé ;-) l’ont fait.
    Et j’ai survécu !
    Et oui ! j’avoue ! je suis une gentille troll qui se contente de polluer le mur de ses amis, à leurs corps consentants……
    Alors page ou pas page d’entreprise sur Klout…..l’eau continuera à couler sous les ponts.


  3. Gildas

    “Klout a le QI d’une huître” !
    J’adore !!! ;-) ) (c’est quand même pas très sympa pour les huîtres…)


    • Antoine Dupin

      Désolé, mais à chaque fois qu’on m’en propose j’ai l’impression qu’on veut me forcer à manger ce que j’ai éternué. Sans discrimination de faciès, je les méprise pour leur arrogance.


    • Oui il est vrai que la phrase fait sourire mais elle bien tournée et un peu logique.
      Que demande-t’on à l’huître ? D’être mangée ? Pas tout à fait, ce mollusque est un filtre à caca.
      J’ai eu quelques soucis avec des kloutés. En effet, du haut de leur score et bien tapis dans l’ombre de leur loft, ces personnes ont quelque peu perdu le sens du commun.
      Alors à leur faire remarquer que sous la moquette il y a du béton nu et froid, je me suis fait jeter.
      Je ne m’en porte pas plus mal et je ne reçois pas d’échantillons gratuits interdits à la vente…


  4. Paul

    il y a une volonté trop marquée de faire du style dans votre article. Peut-être qu’une écriture plus sobre irait plus directement au point, sans nous perdre dans des tâtonnement stylistiques.

    J’ai été cependant très intéressé par votre article !


  5. Tom

    Cet article de frustré,

    “Comparées à elles, les personnes de petite taille xénophobes sont de l’ordre de la normale.”

    Mon pauvre Antoine Dupin, il faut arrêter de se prendre pour un critique littéraire ou de donner dans le style, les infos et données, c’est mieux. La médisance n’intéresse personne, où alors je t’invite à venir sur un blog politique :

    http://leplus.nouvelobs.com/

    http://you.leparisien.fr/

    http://www.huffingtonpost.fr/


    • Antoine Dupin

      Selon Paul Grice (1975)2, la conversation est sous-tendue par un “principe de coopération” qui stipule que les interlocuteurs respectent un certain nombre de règles, les maximes conversationnelles. Parmi ces maximes conversationnelles, la maxime de qualité spécifie que “l’on ne doit pas dire ce que l’on pense être faux”. Grice définit alors l’ironie comme un énoncé dont la maxime de qualité a été transgressée. Il revient alors à l’interlocuteur de produire une implicature conversationnelle (une inférence sur le signifié) pour rétablir le respect de la maxime transgressée. Cette implicature sera générée suite au constat d’une contradiction entre la structure de l’énoncé (ce qui est dit) et le contexte d’énonciation. Il peut s’agir par exemple de dire à un joueur de football ayant marqué contre son camp : « Encore un très beau but ! » pour signifier que le footballeur a mal joué. L’intérêt de cette théorie réside dans la définition d’une condition qui permet de juger qu’un énoncé est ironique ou non : la violation de la maxime de qualité. Le problème est que la violation d’autres maximes que celle de qualité peut produire des énoncés ironiques ce qui a pour conséquence un échec de la définition gricéenne de l’ironie à caractériser entièrement son sujet. Le principal apport de Grice est d’avoir fait de l’ironie un phénomène résolument pragmatique, c’est-à-dire un phénomène linguistique dont l’interprétation adéquate ne peut se faire qu’avec une prise en compte du contexte d’énonciation.


  6. valentoun

    Bonjour,

    Je me permets de vous faire remarquer quelques fautes :

    “un produit aux vertus soit disantes salvatrices” : le terme exact est “soi-disant” et il ne s’accorde pas en genre et en nombre.

    “des services qui n’apportent rien, voir qui sont discriminatoires, mais qui sont utilisés par tous” : dans ce contexte “voir” s’écrit “voire”.

    Il y en a peut être d’autres, mais celles-ci m’ont un peu “choquée”.

    Je trouve aussi que certaines tournures de phrase rallongent et complexifient l’article, pourtant intéressant. Cependant je n’écris pas d’articles, donc je ne me rends pas bien compte de la difficulté.

    J’espère que que mes remarques vous seront constructives.

    Bonne journée.


  7. “Je suis toujours admiratif des entreprises qui arrivent à vendre du vent. ” sur un blog relatif aux community Managers. Not bad op.


    • Antoine Dupin

      La marmotta Kamtschatica est un espèce de marmotte qui hiberne le plus longtemps de mi-septembre à mi-mai. Le permafrost les empèche de creuser des terriers en profondeur. Les colonies s’établissent dans des zones favorables qui dégèlent bien en été. Les populations sont donc morcelées. Malgré un soin tout particulier que cette espèce consacre à l’isolation de son terrier, elle peut avoir à supporter des températures du sol allant jusqu’à – 20 °C.


 
 



Laisser un commentaire


Votre nom


Votre email


Votre site web

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>