Article suivant


Médias Sociaux

2 mai 2012

Social Media: Le côté obscur du nombril

closeCet article a été publié il y a 2 ans 3 mois 29 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour.
Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

 

Vous regardez les pages facebook d’Oasis, Coca-cola ou encore de Red bull et tout au fond de vous, vous avez envie de tenter de vous lancer dans l’aventure du social media pour toucher de nouveaux prospects.

Mais vous n’êtes pas idiot (non non !) et vous savez qu’avant de vous lancer il vous faut définir une stratégie avec des objectifs précis, une stratégie de contenu et une vraie valeur ajoutée pour vos futurs fans.

 

Après avoir bien réfléchi, vous y êtes, tout est prêt, vous savez que vous allez atteindre le saint graal et apporter à vos prospects ce qu’ils attendent de vous. Facebook étant un média de “masse” (c’est ce qu’on vous a dit), vous visez le plus grand nombre, après tout, ce n’est pas de votre faute s’il n’est pas possible de cibler le contenu diffusé sur votre page fan (je veux dire…vraiment cibler…non parce que choisir le pays…c’est une cible…mais un peu large tout de même).

Vous êtes paré pour entrer dans l’aventure du social media ! Tel un astronaute qui découvre pour la première fois l’art de ne pas recracher son petit déjeuner au décollage, vous avez réfléchi aux moindres détails et cela fait de vous une personne parfaite. Oui, vous pensez vous mettre à la place de vos clients, vous pensez avoir bien compris ce qui peut les intéresser mais un élément va prouver que vous restez malheureusement fixé sur …votre nombril.

 3…2….1….0 ignition, vous créez votre page fan au nom de votre entreprise et comme la navette Challenger vous explosez avant même d’avoir atteint le 7eme ciel du social media. Que s’est-il passé ? Qu’avez-vous fait de travers ? Pourquoi aucun internaute ne rejoint votre page alors que vous avez identifié le contenu approprié et que vous êtes “sûr”(si c’est possible) que ça peut les intéresser ?

Et tout à coup…c’est l’illumination…votre nombril a fini de briller et vous avez enfin compris ce qui cloche…vous avez créé une page fan avec le nom de …VOTRE ENTREPRISE. Vous ne vous appelez pas Oasis, encore moins Coca Cola, vous êtes une petite entreprise que personne ne connaît et que personne n’a d’ailleurs envie de connaître.

Mais vous la vouliez…votre précieuse, vous vouliez que les internautes deviennent fans de votre nombril entreprise…sinon à quoi bon ?

 

Pourquoi créer une page fan au nom de mon entreprise ?

Il s’agit certainement du choix le plus rapide fait par les entreprises et il s’agit pourtant d’un choix important.

Pourquoi vous être “pris la tête” à identifier un contenu en fonction d’une cible spécifique et avoir décidé de vous tirer une balle dans le pied en demandant aux internautes de devenir « fans » de « Inconnu land ». Pensez-vous vraiment que quelqu’un va se dire : « Tiens je vais rejoindre la page fan de Inconnu land, ça m’a l’air hyper sympa ! ».

Même si votre contenu est bon, c’est la même chose que dans une relation: la première impression compte (si vous rencontrez un(e) homme/femme qui n’a pas un physique facile et qui sent la transpiration, ce n’est pas vers lui/elle que vous allez vous retourner en premier).

Vu qu’il n’y a pas encore d’émission conçue pour vous telle que « la belle et ses princes presque charmants» pour vous accorder une « date » (prononcé deyte) avec les prospects les plus sexy, il va falloir soigner votre première impression et pour vous elle passe par le nom de votre page fan.

 

La traduction en 1 exemple concret.

Vous vous appelez la Redoute et vous avez créée une page fan « la Redoute » que vos clients ou prospects peuvent rejoindre pour se tenir au courant des dernières actualités et avoir des réductions.

Vous êtes content de votre page mais il y a quelque chose qui vous gêne…vous vous rendez compte que cette communication de « masse » ne vous satisfait pas à 100% et vous aimerez pouvoir diffuser du contenu en fonction de vos différentes cibles (Par exemple les jeunes mamans).

Et là, vous avez 3 choix :

  • Diffuser du contenu sur votre page fan « La Redoute » en fonction des différentes cibles, mais risquer de ne pas intéresser les autres personnes et donc perdre en visibilité.
  • Créer une page fan «  La Redoute : Spécial maman » pour mieux cibler tout en continuant à regarder votre nombril
  • Créer une page fan « C’est maman qui décide » où vous diffusez du contenu à forte valeur ajoutée qui n’est pas obligatoirement lié à « la Redoute » car votre objectif n’est pas d’attirer des fans de la Redoute mais bien…des mamans.

 « Pensez tout d’abord aux autres et arrêtez une bonne fois pour toutes de vous regarder le nombril »

 

Exemple numéro 2 (pour voir si vous avez bien compris)

Vous êtes une agence immobilière sur Lille (la plus belle ville du monde après les cités d’or d’Esteban) et vous souhaitez vous lancer sur le social media (attention ça peut faire mal) pour améliorer la visibilité de vos annonces.

A/ Vous créer une page fan “Agence Nombril” et vous diffusez vos offres en espérant que quelques clients rejoignent votre page fan.

B/ Vous créez une page fan « Agence Nombril » mais vous diffusez en + de vos offres des infos intéressantes sur la ville de Lille.

C/Vous créez une page fan I Love Lille et vous diffusez des informations intéressantes sur la ville de Lille pour attirer le + de lillois possible, vous diffusez aussi vos annonces de temps en temps.

Etude psychologique en fonction de votre réponse (oui je suis un fin psychologue, je me suis déjà allongé sur un canapé).

Réponse A : Vous avez enfin compris que votre nombril ne servait pas à rien, votre agence est la plus belle et vous comptez bien avoir une renommée internationale parce qu’il est logique que tout le monde aime votre agence tellement c’est la plus belle, tellement elle est magnifique, tellement c’est vous qui l’avez créée.

Réponse B : Le côté obscur de votre nombril a réussi à prendre le dessus (Dark nombril). Dark Nombril vous a bien eu, il vous a convaincu de créer une page fan avec votre nom mais en « grand seigneur » il vous laisse le choix du contenu (après tout, c’est un peu comme un père pour vous). Vous diffusez du contenu ultra intéressant mais à chaque fois qu’il apparait sur la newsfeed des internautes, ils ne peuvent pas s’empêcher de se dire « ahh c’est une agence immobilière» .

Réponse C : Dark Nombril a combattu son mentor le seigneur palptartine et l’a vaincu, vous pouvez maintenant être heureux entre père et fils car vous êtes du bon côté de la force (les internautes). Vous avez compris que ce qui est le plus important c’est de penser à eux.

Réponse D : Obiwan Kenobi ou…la réponse D.

 

La morale de cette histoire (S’il y en a une…il y a bien une morale dans Twilight alors…)

Facebook n’est pas obligatoirement un média de « masse », vous pouvez viser différentes cibles en créant des pages fans spécifiques avec du contenu spécifique. Et si vous n’avez pas les ressources nécessaires pour gérer plusieurs pages fans, privilégiez une page fan avec un nom qui donnera envie à vos prospects de vous rejoindre.

Cet article n’est pas clair, il est rempli de choses incongrues (en même temps, mieux vaut qu’il n’y en ai qu’un…) mais je l’aime donc je l’écris.

Si tu as aimé cet article, clap dans tes mains, si tu n’as pas aimé, clap dans tes pieds (mieux vaut privilégier la facilité).

Source image : 
http://www.psycheduweb.fr/wp-content/uploads/2012/03/24301.jpg
http://slygeek.fr/wp-content/uploads/2011/05/03.jpg
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=320500661344167&set=a.320500658010834.74389.144395842287984&type=1&theater


A propos de l'auteur

Yvain Ducrocq
Yvain Ducrocq
Yvain Ducrocq (@tregor), 27 ans , social media manager, je suis passionné par le web marketing et les réseaux sociaux. Avec 5 ans d'expérience dans le social media, je suis actuellement à la recherche de nouvelles opportunités en France.








 
 

 
livre

5 livres sur les médias sociaux à gagner avec #MyCM

Cet article a été publié il y a 2 mois 15 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Aujourd’hui, nous voulons vous faire plaisir et vous récompens...
par Djivan Minassian
356

 
 
Agent-Special-Facebook

Community Manager : L’agent spécial Big Data pour Facebook !

Cet article a été publié il y a 3 mois 26 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Community Manager : Un métier taillé dans le net pour remplir une ...
par Laurent Bour
4

 
 
medias-sociaux-guerre

Google Plus, le mal-aimé ?

Cet article a été publié il y a 4 mois 17 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Vous savez, Google Plus me rappelle les années lycée. Quand nous ap...
par Céline Albarracin
52

 




20 commentaires


 
 

  1. Bien vu ! c’est vrai que sous couvert d’humour tu décris bien un phénomène récurrent pour beaucoup de PME qui se lancent dans une page fan… A défaut de vouloir engager une interaction et privilégier un contenu original, elle se focalise beaucoup trop sur l’utilisation de Facebook comme canal de vente.
    May the force be with you !


  2. Quand on a pignon sur rue, on créé une page au nom de son entreprise. Je ne vois pas la mauvaise démarche là-dedans. La seule bonne solution serait la deuxième. Le but n’est pas de tromper la personne qui like la page mais l’intéresser via la page de la marque en proposant du contenu de qualité.

    Créer un page “J’aime le Nutella le soir en me couchant” pour diffuser ses messages, c’était en 2009. Et c’est clairement privilégier la quantité sur la qualité en matière de pool de fan. La chose la plus importante pour les gens qui lancent une page est de penser en système. Votre page ne se drivera pas toute seule, il faut diriger vos prospects vers la page calmement (mailing, affiches dans vos bureaux). Sans budget ADS, cela peut être très long mais ça vaut le coup.


  3. Bien vu ! c’est vrai que sous couvert d’humour tu décris bien un phénomène récurrent pour beaucoup de PME qui se lancent dans une page fan… A défaut de vouloir engager une interaction et privilégier un contenu original, elle se focalise beaucoup trop sur l’utilisation de Facebook comme canal de vente.
    May the force be with you !


  4. Je trouve également que la meilleure réponse se trouve être la seconde.

    En vérité, la pratique que tu plussoies est très bien placée dans le cadre d’évènements. Il est en effet intéressant de créer une page Facebook du type : “Le jeudi je danse sur les quais” pour un évènement récurant se répétant tous les jeudis de juin à septembre sur les quais de Bordeaux par exemple (et oui je préfère bordeaux ;) ). Le nom de la page ne portera pas celui de l’entreprise ou de l’association ayant mis en place l’évènement et cela rejoins donc ton idée. Je prends d’ailleurs l’exemple d’évènements mais cela n’est heureusement pas limité à ce point de vue et peut être lié à d’autres idées.

    Toutefois, pour reprendre l’exemple d’EBS qui cite les qualités d’HEC sur sa page Facebook, il est important d’avoir une page Facebook pour sa société et d’être ouvert à d’autres entités (concurrents ou partenaires) afin d’avoir un point de vue objectif sur ce qui est posté et agrémentant donc la page de valeur ajoutée. L’autre fait est également que cela permet de se faire connaitre et de se remettre en question. Car en effet si personne ne like la page, ce n’est pas que personne n’en est intéressé, c’est que le travaille de com et de marketing n’a pas été bien construit ou que la société n’est pas originale. Il faut donc mieux remettre en question sa stratégie plutôt que de crier au loup ;) .


  5. Laurent B

    De mon point de vue, il faut savoir ne pas se limiter à un seul choix de réponse possible…

    Je rejoins Laurent R. sur sa réponse, il est vrai que créer une page “Fun” est en quelques sorte un subterfuge. Mais c’est souvent un “mal” nécessaire, surtout sur un réseau comme Facebook qui n’est au final pas le plus propice (de mon point de vue) pour répondre à des objectif commerciaux.

    Selon moi, l’existence d’une page mère est obligatoire (nom de la marque/nom de l’agence) qui diffusera son propre contenu de qualité. Cependant vu l’aspect non “fun” d’une telle page, il est important de concevoir dans sa stratégie social média la mise en place d’un/plusieures page(s) dédiée(s) à l’acquisition de fan (blog actualité/pages crées pour des events types concours ou action marketing) qui pourront être le relai de l’information mère.

    Rappelez vous que malgré le fait que vous rejoignez un média communautaire ludique (premier but des réseaux sociaux), vous êtes et vous représentez une entreprise PROFESSIONNELLE.

    Tromper son public est mal (cf. orangina avec les faux fans par exemple) et je penses qu’il pourrait être mal perçu par certains qu’une page “Fun” soit dédiée à la diffusion annonces commerciales.

    Cependant, l’idée de “I love Lille” est bien trouvée et je pense au potentielle que pourrait avoir beaucoup d’autres pages de ce type. Si l’on sait ne pas faire dans la démesure en sachant modérer la diffusion de ses propres annonces.


  6. Merci pour cet article! Etant community manager en agence de com (le style d’agence décrit ci-dessus) ton article résume très bien et avec beaucoup d’humour notre (ma) problématique!


  7. J’ai bien aimé l’article, il y a de l’idée [le fameux articles].
    Je respecte tout à fait la façon de penser, j’aurai même tendance à réfléchir de la sorte.

    Mais tu parles de stratégie, et comme on le sait, les stratégies diffèrent d’une entreprise à l’autre.
    Alors, il peut être intéressant de créer une page pour “drainer” du contenu, un contenu plus large que “son nombril” ; il ne faut pas oublier, je pense, que certaines fois il est intéressant aussi de créer une page entreprise, qui a peu de fan, mais un engagement fort.

    Tout est dans le compromis aussi parfois.
    En tous cas, sympa l’article et en plus il semble lancer quelques débat !


  8. Qu’on soit d’accord ou pas d’accord, l’article a le mérite d’être amusant à lire ! Même s’il y a quelques fautes et coquilles.

    Comme dans d’autres commentaires je pense que que les stratégies doivent différer en fonction du contexte et de la brand equity dont dispose l’entreprise : une TPE/PME méconnue aura du mal à sortir du lot et en effet le subterfuge de la fanpage a son intérêt : mais d’autres entreprises ou marques ont un intérêt également à utiliser la marque ombrelle comme tremplin !


  9. Yvain Ducrocq
    Yvain Ducrocq

    @laurent : Avec la 3ème solution l’objectif n’est pas de “tromper” la personne, simplement de se concentrer tout d’abord sur son intérêt.
    Je n’ai pas dis qu’il fallait “cacher” le fait que l’on soit une marque, simplement, il est souvent préférable de ne pas créer de “friction” pour l’internaute pour qu’il devienne fan. Si le contenu est bon et qu’il n’est pas trop commercial, ça ne dérangera pas l’internaute mais le fait de créer une page fan à son nom réduit pas mal le potentiel de prospects (je parle en btoc) car ils se disent simplement “c’est pour faire de la pub” sans voir le contenu (Une étude à d’ailleurs montrer que la nouvelle timeline ne valorise pas le contenu à première vu mais l’image de profil, donc mieux vaut mettre une image de profil et un nom en rapport avec l’intérêt de l’utilisateur). Imaginons un vendeur de mangas qui crée une page fan, je préfère être fan de “mangas” que de “planet manga” (Le premier c’est de l’affectif, le deuxième du “commercial”)

    @Kevin Je pense qu’il s’agit tout le temps d’une question de stratégie, pour ma part je parlais d’acquisition de prospects , je pense qu’une page fan à son nom est intéressant pour la fidélisation de clients mais pas obligatoirement pour l’acquisition de prospects (ou moins intéressant). Mais la cohabitation de ces 2 types de pages est possible, cela dépend des ressources (D’où mon exemple pour une société immobilière)

    @Laurent O


  10. Yvain Ducrocq
    Yvain Ducrocq

    @Laurent Oui on est dans la même idée

    @Thomas Désolé pour les fautes, si tu as des exemples je veux bien les corriger.
    L’objectif n’est pas d’être un “subterfuge”, d’ailleurs la redoute est transparent sur le fait que sa page est gérée par “la redoute” (Même si elle diffuse trop de contenu commercial à mon goût), simplement, ils attirent le fan sur de l’affectif (je suis une maman et j’ai envie de dire que c’est moi qui décide)

    Yvain


  11. JeF

    En tout cas c’est un article qui détend… et qui me semble bien mettre en garde à l’entrepreneur lambda contre un réflexe si naturel.
    Bon, je le plus je le like … ou bien les 4 ?


  12. Super article effectivement! Je travaille actuellemrnt dans une société qui meriterait un petit renouveau de ce côté…
    Cependant, est-ce que facebook est vraiment the page pour une agence? J’ai beaucoup apprécié l’image de Dark Nombril, génial même, ce qui pourrait fortement représenté les comtes fcbk…


  13. Ce que tu décris ne peut pas s’appliquer à toutes les entreprises mais ta démonstration est très claire et m’ouvre des perspectives pour mes petits sites que je désespère pouvoir faire connaître sur la toile !


  14. Isa

    ça fait du bien de rire de temps en temps…
    Merci pour cet article ! :)
    Je pense que tous les cas décrits sont intéressants…et à appliquer au cas par cas!
    car c’est bien cela l’essence même du CM, s’adapter à chaque situation, chaque client, pour lui construire sa propre histoire/stratégie online.
    Il n’y a pas de règles suprêmes, juste des pistes, merci pour toutes celles que tu nous livres dans ce post.
    Bonne journée!


  15. Un article très intéressant, je suis justement en train de construire la communication d’ Eduperformance dans les médias sociaux et ces conseils m’éviteront bien des erreurs, Merci !


 
 



Laisser un commentaire


Votre nom


Votre email


Votre site web

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>