6 résolutions pour votre marketing digital en 2015

closeCet article a été publié il y a 1 an 5 mois 25 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Nous voilà déjà en 2015 ! Mine de rien, depuis le début du siècle nous avons échappé à de nombreuses catastrophes : le bug de l’an 2000 et la fin programmée du monde en 2012 n’en sont pas les moindres… Et si nous prenions conscience de notre chance de vivre encore et cessions de la gâcher en lolicats et autres bad buzz pour aguicher du fan, en liens achetés sur des réseaux de sites pour grappiller un référencement vérolé, si nous arrêtions définitivement toutes les pratiques bullshit du marketing digital ? Je vous propose six bonnes résolutions à prendre pour l’année à venir : une tous les deux mois. Qu’en dites-vous ?

1. J’arrêterai de faire du contenu 100% promotionnel

Vous êtes en concurrence permanente avec TOUS les autres sites web et TOUS les contenus publiés sur les médias sociaux susceptibles d’intéresser votre cible commerciale. Vous êtes très certainement en concurrence avec Netflix, une palanquée de grumpy cats, Le Monde et My Community Manager (entre autres). L’aère constatation est là : même si l’accès à votre site web ou vos comptes sociaux est gratuit, vous devez vous battre pour vous emparer de la richesse dont l’internaute est le plus chiche, son temps.

2015 sera pour vous, si ce n’est pas encore le cas, l’année du brand content ! Prenons un exemple et imaginons que vous gériez la communication d’une manufacture familiale qui existe depuis 1849. Arrêtez de crier sur tous les toits que vos clous et vos marteaux sont les meilleurs et prouvez-le. Pour cela, lancez-vous dans le storytelling, en exploitant par exemple les images d’archives pour créer des reportages sur les processus de fabrication et les conditions de travail dans la manufacture au XIXème siècle, ou en partageant les histoires de vos clients dans l’esprit des Google Stories. Vous intéresserez plus d’internautes et ferez passer le même message : “on assure depuis 200 ans les gars, à votre service pour vous aider à construire et améliorer les maisons où vous vivez !”

Vous pourriez aussi développer une stratégie de brand content en éditant un blog sur des conseils de bricolage, avec des vidéos, des tutoriels, des conseils pratiques… L’enseigne Monsieur Bricolage a créé tout un contenu de marque de qualité autour de ses métiers, à voir pour s’en inspirer sur conseils.mr-bricolage.fr.

Exemple de brand content : cette application lancée par la Maaf aide les utilisateurs à déterminer la gravité potentielle des symptômes qu’ils ressentent et les mettre le cas échéant en relation avec le SAMU.

2. Je laisserai de côté le newsjacking de mauvais goût

Le newsjacking c’est un peu comme la Sécurité Sociale : c’est bien, mais en abuser ça craint (les plus jeunes m’excuseront pour cette blague de trentenaire).

Si le fait de rebondir sur l’actualité pour profiter de la visibilité accordée à un événement n’est pas en soi une erreur, vouloir à tout prix s’inviter dans l’info du jour peut très vite mener à des dérives. Lorsque le PDG d’une grande entreprise décède dans un crash d’avion (et n’oublions pas l’équipage), chercher à récupérer l’événement pour parler de ses offres s’avère de très mauvais goût et vous garantit un bad buzz dans les règles de l’art, voire un véritable lynchage pour le pauvre community manager responsable. Quand ce coup d’éclat est le fait d’un comparateur d’assurances en ligne, cela peut aussi lui coûter quelques contrats, de grandes compagnies ne désirant pas être associées à de tels plaisantins.

Avant de penser avoir l’idée de génie pour surfer sur l’actualité, tournez vos doigts sept fois au-dessus du clavier ! Vous pourriez aussi dans un premier temps commencer par lire l’article de Julien sur MyCM : Faites du buzz grâce au newsjacking !

3. Je développerai mon réseau professionnel

Pour réussir dans la communication digitale, être un geek enfermé dans son bureau du matin au soir, dont la peau blafarde ne bronze qu’à la lumière des écrans, n’est pas forcément une bonne stratégie. Développer un réseau professionnel ouvre de nouvelles portes et pas seulement si vous cherchez un nouveau travail. Vous aurez besoin de contacts pour trouver de nouvelles sources de liens pour votre référencement, dénicher les nouveaux talents dont vous avez besoin dans votre entreprise, découvrir d’autres outils pratiques pour votre activité ou simplement vous ouvrir à d’autres horizons.

Vous pouvez passer par les médias sociaux, en accordant de l’importance à la qualité des liens qui vous unissent à vos connaissances. Partir à la chasse aux contacts sur Viadeo et Linkedin n’a ainsi de sens que si vous prenez le temps d’interagir avec eux. Communiquez avec eux, prenez le temps de découvrir leurs centres d’intérêt, visitez les groupes de discussions qui se sont formés dans votre champ d’expertise…

Vous devez aussi vous intéresser aux événements professionnels de votre région, vous rendre aux salons ou aux after works qui sont organisés près de chez vous. Par exemple, SocialMixCity organise chaque mois des apéros destinés aux acteurs du digital dans plusieurs villes de France, intitulés “My Apero” : Paris, Aix-en-Provence, Marseille, Toulouse, Nantes, Bordeaux, etc… Le réseau Startup Weekend constitue aussi une excellente occasion de rencontrer d’autres personnes dynamiques qui partagent vos centres d’intérêts professionnels. Soyez curieux, renseignez-vous sur Twitter et Facebook et vous trouverez certainement un événement sympa près de chez vous ! Vous pouvez aussi jeter un coup d’oeil à l’agenda de la French Tech.

4. J’assainirai le référencement de mon site Internet

Panda, Pingouin… La simple évocation des deux animaux fait frémir bon nombre de référenceurs. Ces séries de filtres de l’algorithme de Google, initiés pour le mammifère en 2011 et le volatile en 2012, ont en effet fait dégringoler de gros sites de leur piédestal en les sanctionnant lourdement. Et elles continuent régulièrement de faire grincer des dents dans la communauté SEO.

Pour simplifier, Google Panda condamne les sites dont le contenu éditorial se montre peu pertinent (textes copiés-collés, pages vides, bourrage de mots-clés, excès de publicités, etc…) tandis que Pingouin s’en prend aux sites qui ont acquis une popularité usurpée (netlinking sur des annuaires ou des sites de mauvaise qualité, liens pointant tous vers la même page, avec des ancres sur-optimisées, achat de liens, etc…).

Si votre site est passé jusque-là en travers des mailles du filet, vous pourriez très bien être pénalisé en 2015 (les mises à jour sont fréquentes et de plus en plus contraignantes). Vous devriez donc prévenir plutôt que guérir et vous assurer du respect de votre site avec les règles de bonne conduite préconisées par Google :  ne pas copier-coller de contenu provenant d’un autre site (même de Wikipedia), ne pas créer des articles de deux lignes simplement pour multiplier les pages (et les mots-clés) sur votre site, ne pas ajouter votre site dans tous les annuaires en ligne et autres sites de communiqués de presse, vous inscrire sur Google Webmaster Tools pour mieux piloter votre référencement (comme pour désavouer des liens de mauvaise qualité pointant vers votre site).

panda-ninjaEn 2015, vous ne vous laisserez plus faire par le Panda ninja de Google !

Si vous débutez totalement en référencement, téléchargez ce guide d’aide édité par Google.

5. J’essaierai de nouveaux formats publicitaires

Si vous ne jurez que par Google et Facebook, il est temps de vous ouvrir à de nouveaux horizons. D’autres régies publicitaires offrent des solutions performantes et un ROI parfois supérieur.

Bing Ads offre ainsi un retour sur investissement intéressant : moins d’annonceurs se traduit par un coût par clic intéressant. Vous pourriez aussi essayer Twitter Ads dont l’interface et les fonctionnalités s’inscrivent dans les standards du genre imposés par Adwords.

J’invite aussi les e-marchands à découvrir les offres d’annonceurs Amazon. Pour schématiser, il s’agit de la réponse de la bergère Amazon au berger Google et à ses solutions de campagnes Shopping. Vous n’êtes pas obligé de vendre directement sur Amazon pour créer une campagne : les internautes sont redirigés vers votre site et vous êtes facturé au clic. Vous bénéficiez en plus de toute l’expertise et du savoir-faire du géant mondial de l’e-commerce. What else ?

6. J’effectuerai une veille quotidienne sur Internet

Parce que notre métier change à toute vitesse, vous devez effectuer une veille régulière pour vous tenir informé des nouvelles tendances. Je vous invite à découvrir une petite sélection de sites pour une veille marketing efficace en 2015.

Pour ceux qui voudraient du concret, je vous propose une petite sélection :

  • Référencement naturel : Abondance.com, Searchengineland.com, Moz.com/blog
  • Médias sociaux : Mycommunitymanager.fr (évidemment), blogdumodérateur.com
  • Développement et Webdesign : Blogduwebdesign.com, Webdesignerdepot.com, Alsacreations.com
  • E-commerce : Fevad.com, Ecommercemag.fr
  • Entrepreneuriat et startup : Maddyness.com, Frenchweb.fr
  • Actualités du digital : Journaldunet.com, E-marketing.fr, Influencia.net

Mais n’y allez pas trop souvent, hein, gardez du temps pour nous !

(bonus) Je ne passerai pas plus d’une heure (et demi) par jour sur des sites bullshit

Et donc, pour vos étrennes et comme les bonnes résolutions ne tiennent que quelques semaines, voici une sélection de sites plus ou moins drôles et WTF pour vous détendre entre deux actions de communication.

Vous pourriez lire les tops de Topito.com, l’actualité insolite de Dailygeekshow.com, buzzly.fr, Letribunaldunet.fr, vous cultiver un peu sur Secouchermoinsbete.fr, vous marrer en lisant LeGorafi.fr (Non mamie, personne n’a essayé de se faire avaler vivant par un canard pour protester contre le foie gras !). N’oublions pas non plus Viedemerde.fr et, pour rester dans les grands classiques, les sites web des Youtubeurs incontournables comme Normanfaitdesvideos.com, Cyprien.fr, Gonzague.tv ou encore Joueurdugrenier.fr

chat-mimi

Et pour conclure en beauté cet article : un chat trop mignon et une bonne année 2015 à tous !

Crédit Photos : Shutterstock 

A propos de l'auteur

Benjamin Thiers

Benjamin Thiers  (19 articles)

Responsable du Search Engine Marketing du site SeFaireAider.com, j'ai commencé à travailler dans le référencement naturel en 2003. Je suis fasciné par le formidable terrain de jeu que représente le marketing digital, en évolution permanente. Auteur des livres Digitalisez votre marque et Ce que Google veut, tous deux aux éditions Studyrama, j'anime aussi un cours de communication digitale pour Kedge Business School. J'anime depuis septembre 2015 la rubrique SEO/SEA de MyCommunityManager.

Commenter l'article


Hébergement web et serveur dédié par Ikoula - Site marchand par Wix - Conception artistique dans l'événementiel - Tuto Emarketing et Ecommerce

ARTICLE PRÉCÉDENT

ARTICLE SUIVANT