Portrait de communauté : la Pologne, ce n’est pas ce que l’on croit !

closeCet article a été publié il y a 6 ans 10 mois 3 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Les pays de l’Est ou le Far East, comme j’aime à les appeler, nous sont inconnus par manque d’information notamment. Mais Je suis là pour vous faire faire connaissance avec cette communauté qui est sous pas mal d’aspects bien en avance par rapport à ce que l’on connaît en Occident… Je vous convie donc à faire ce voyage à travers la Pologne…

Nous verrons dans ce billet à travers le prisme historique et culturel, quoique géopolitique, comment la Pologne sous bien des aspects nous surpasse quant à la propension qu’ont ses communautés de se réunir autour de valeurs consuméristes (produits et services) à l’image des Etats-Unis, notamment.

1. Historique

Fiers que sont les Polonais – et on ne leur enlèvera pour rien au monde ! – on date la création de la Pologne, au Xème siècle avec la conversion de ses habitants au christianisme (la religion, qui rappelons le, est souvent le point de commencement de l’unification de nombreux Etats dans la région) ce qui créa une certaine unité sur le territoire. Très vite, et du fait de sa position géographique (sans frontières naturelles) la Pologne essuya de nombreuses invasions telle que l’invasion de la Horde d’Or Mongole (1248-1275) – oui oui ! Les mongols de Mongolie ! Après cela, la Pologne connut une période relativement calme où qui donna naissance à une forme de gouvernement particulier où seule l’aristocratie participait aux élections du Roi, aristocratie qui représentait tout de même 15% de la population (source Wikipedia) ! A l’époque, pour vous remettre dans le contexte – entre le XIV et le XVIème siècle – les monarchies occidentales s’absolutisaient !

Ensuite, la Pologne subit de nombreuses invasions, telle que l’invasion Suèdoise (1655), puis celle des Turcs (1683), puis les invasions Russes et Prussiennes à la fin du XVIème siècle. Ces diverses invasions menèrent au XVIIIème siècle à un sursaut du peuple Polonais qui proclama, deux ans après la Révolution Française, sa première Constitution le 3 mai 1791 soutenue par un héro de la Guerre d’indépendance américaine (Tadeusz Kosciuszko) qui n’eut pas le succès escompté. En effet, suite à ce regain d’identité nationale, la Pologne fut réduite à néant.

S’en suivit l’invasion Napoléonienne soutenue par le peuple Polonais, en raison des diverses invasions subies les siècles passés, Napoléon leur promettant une souveraineté à travers le Duché de Varsovie (1807-1815)… A la suite de la défaite de Napoléon, la Pologne fut divisée une nouvelle fois entre la Russie, la Prusse (l’Allemagne) et l’Autriche, jusqu’à la défaite de l’Allemagne à la fin de la première Guerre Mondiale. Cependant la Russie était toujours en possession de territoires polonais qui lui permettent un accès à la mer Baltique. D’où le conflit qui engagea la Pologne contre la Russie (bolchévique) au sortir du premier conflit mondial et qui dura un an (jusqu’en 1920).

Par la suite le régime polonais se durcit et le second conflit mondial éclata suite à l’invasion (une nouvelle fois) de la Pologne par l’Allemagne Nazie (1er septembre 1939). Au cours de cette période réellement obscure, la Pologne abrita sur son territoire les pires atrocités du régime nazi qu’est la Shoah, ce qui laissa une marque profonde sur son peuple via le meurtre organisé de près de 20% de sa population en six ans !

A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la Pologne regagna une souveraineté toute relative puisque le Pacte de Varsovie (1955) établi par l’URSS et fortement recommandé à toutes les républiques du futur Bloc de l’Est, lui fut imposé. Celui-ci transforma la Pologne en République Populaire et participa de ce fait à la Guerre Froide contre le Bloc Occidental. Au cours de cette période, la Pologne, à l’instar de toutes les Républiques populaires, se dut de suivre le Plan institué par Moscou, ce qui ne lui laissa guère de liberté quant à sa politique intérieure et à sa politique extérieure. En effet, il y eut toute une vague de nationalisation des moyens de production (agriculture, industrie, services), conformément aux valeurs soviétiques. Entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et 1990, le peuple Polonais se souleva plusieurs fois contre cette dictature communiste, notamment en 1956 lors des émeutes ouvrières de Poznan, puis en 1968 au cours de la Guerre des Six Jours où le Régime Polonais entama une campagne antisémite qui eut raison du départ des derniers Juifs de Pologne, notamment vers les Etats-Unis. En 1980 naquit le Mouvement syndical Solidarité, soutenu par l’intelligentia polonaise (les intellectuels) qui fut à l’origine du soulèvement populaire de la fin de la décennie 1980. En parallèle, c’est en automne 1989 que la Pologne quitta le Pacte de Varsovie, qui eutpour conséquence le retour à la Démocratie et à l’autodétermination du pays via les premières élections libres en 1990. Ce n’est qu’en 1993 que les dernières troupes russes quittèrent le territoire Polonais. S’ensuivit toute une campagne de privatisation des moyens de production qui eut pour conséquence l’entrée du capital étranger en Pologne.

Ainsi on peut remarquer que la Pologne a eu une histoire fort mouvementée, marquée par 129 années d’annexion. Ce pays essuya de nombreuses invasions et abrita le pire que l’humanité ait connu, c’est-à-dire les camps de concentration Nazis. Ceci eut pour conséquence la fuite constante des Juifs polonais vers les Etats-Unis, terre d’accueil depuis des siècles (cf. supra §4).

2. Prolongements culturels

Ainsi, le peuple Polonais a été marqué profondément par son histoire. Quelles conclusions pouvons-nous tirer de ce résumé historique quant à la culture polonaise en l’abordant via le prisme du Community Management ?

Si vous avez lu mon article intitulé « Portrait de communauté, nous on fait la Révolution ! Et vous ? », et Dieu sait que vous avez été nombreux – je vous en remercie donc – j’ai dressé, en parallèle de la Communauté française, un portrait des Etats-Unis. Si vous suivez mon raisonnement et en filigrane de la partie précédente, vous pourrez aisément savoir ce que je vais développer dans les paragraphes suivants…

Les Polonais, comme de bons joueurs de poker, ont toujours su se « refaire » après chaque invasion, chaque division de leur pays. Ceci a eu pour conséquence d’attirer en quelques sortes les convoitises de leurs voisins. Cependant de nombreuses familles, et notamment juives, ont prospéré, que ce soit en terme de capital immobilier ou en terme de capital financier, au cours des siècles.

Suite aux invasions successives, les familles les plus opulentes ont décidé de s’expatrier, afin de fuir les atrocités qui les touchaient. Certaines fuirent vers la France, d’autres vers la Grande Bretagne, mais la plupart fuirent vers les Etats-Unis. Une nouvelle terre offrant de nouvelles perspectives, ces familles ont également su s’enrichir de leurs nouvelles acquisitions, en même temps que de s’intégrer au nouveau pays (lien).

Les Etats-Unis ont évolué au gré du temps vers un Etat fédéral, et ont vu leurs communautés d’accroître, prendre du pouvoir… Et les Polonais ont su en tirer parti en créant le Polish-American Lobby (Polonia) – dont Roosevelt se serait plaint à Staline, je cite The New Yorker « The Polish-American Lobby was at one time influential (Franklin Roosevelt complained about it to Joseph Stalin)… » (lien).

En fait, ce sont actuellement entre 15 et 20 millions de Polonais qui vivent à l’étranger, tous pays confondus. Il faut également savoir que c’est Chicago qui compte le plus de Polonais dans le monde après Varsovie. Ces chiffres extrêmement révélateurs prouvent que ce peuple a su s’intégrer et qu’il possède un enracinement certain aux Etats-Unis.

Dès lors, en conformément à leur fierté nationale, ils conservent encore aujourd’hui, même après deux ou trois générations d’expatriation, des liens très forts avec leur pays d’origine.

On peut également ajouter qu’avec la Guerre Froide et la nationalisation forcée et systématique de tous les moyens de production, les polonais opulents ont fui leur patrie pour s’expatrier massivement aux Etats-Unis. A l’issue de la période communiste, au début des années 1990, certains d’entre eux sont rentrés au pays en emportant avec eux des méthodes, des procédés, une certaine mentalité propres au Nouveau Monde. Etant donné que les Polonais restés sur place étaient pour la plupart indigents, il ne leur était guère possible d’acquérir les entreprises nationales qui étaient mises en vente. Ce sont ainsi pour la plupart des Polonais de la diaspora qui injectèrent le capital nécessaire à ces privatisations. En réorganisant les entreprises, l’industrie en général, les nouveaux propriétaires polonais mirent en place des logiques propres et dignes des entreprises américaines.

Enfin, entre 1990 et 2004, les Polonais ont eu à cœur de restaurer leur économie, de la reconstruire selon les principes de l’économie de marché. Ils ont mis tout leur dynamisme et leur ingéniosité à rattraper leur retard pour intégrer l’Union Européenne en figure de proue des 10 nouveaux états membres en 2004.

Conclusion

Ainsi, et pour suivre la logique de mon précédent article (cf. supra §10), l’imprégnation de la culture polonaise de la culture américaine est bien réelle. Du fait de leur histoire, de leur passé meurtri, le concept de communauté est beaucoup plus développé chez eux. En effet, à l’image de cette citation : « tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » (F. Nietzsche), les Polonais ont su tirer parti de leurs handicaps (historiques notamment) de manière magistrale !

Dès lors, si vous avez à faire à une communauté polonaise, ayez bien en mémoire leur histoire, leurs blessures et leur fierté, tout en conservant une retenue bien mesurée. En effet, il serait hautement préjudiciable de tomber dans l’écueil de considérer la Pologne comme un pays du Tiers Monde, du fait de leur PIB inférieur au notre, par exemple. Les Polonais sont des gens érudits, ils ont pour une bonne partie effectué leurs études dans des universités étrangères, et notamment américaines. Il est donc sage de les appréhender à l’américaine. Ce n’est que mon humble avis…

Le saviez-vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Sources :

http://www.lessignets.com/signetsdiane/calendrier/images/avril/9/1/bitwa_pod_legnica1.jpg

http://www.iwp.edu/imgLib/20081126_ThaddeusKosciuszko.JPG

http://spaliuke.files.wordpress.com/2008/04/soviet_propaganda.jpg

http://www.pora.pl/resources/n/24/272824/35__pogladowka/opowiemy-ci-o-tych-wypadkach-solidarnosc-1980-1989-w-stalowej-woli.jpg

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/5/5c/Polonia_USA.png

http://cartographie.sciences-po.fr/cartotheque/13_UE_croissance_PIB_1998-2007.jpg

A propos de l'auteur

Anne Delauney-Ladevèze

Anne Delauney-Ladevèze  (21 articles)

Consultante en stratégies social média chez Brainsonic, je suis en charge de réaliser pour mes clients la stratégie en termes de référencement naturel, de liens sponsorisés et de référencement social.
Anciennement Community Manager à l’International pour un cabinet d’études de marchés et Responsable Marketing, Communication et Webmaster pour un éditeur d’ERP en Allemagne, je suis trilingue (français, anglais, allemand) et je me remets tant bien que mal à l’Italien.

Mes passions dans la vie ? Les voyages de longue durée dans les Pays de l’Est et Scandinaves, la photographie, l’art sous toutes ses formes, les amis, la famille !
Point caractéristique ?! Curiosité et soif de savoir, surtout de partager !

Site marchand par Wix - Conseils et coaching RH

ARTICLE PRÉCÉDENT

ARTICLE SUIVANT