Personal Branding : parce que vous le valez bien !

closeCet article a été publié il y a 1 an 5 mois 7 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Les médias sociaux constituent un formidable espace d’expression personnel, et de nombreux internautes les ont investis pour partager avec leurs cercles de connaissances sur leurs passions, leurs centres d’intérêts, leur humeur du moment… Mais Internet est devenu un lieu public, où de plus en plus d’anonymes se mettent en scène pour répondre aux exigences que lui imposent la société : développer des réseaux relationnels, amicaux ou professionnels, donner l’image d’une personne à l’employabilité irréprochable…

Vous trouverez ici quelques conseils qui s’adressent plus particulièrement à celles et ceux qui ne maîtrisent pas encore les subtilités de leur réputation en ligne. Si vous êtes déjà au fait de ces pratiques, vous pourriez directement consulter les offres d’emploi publiées sur MyCM pour trouver un nouveau job ou changer d’entreprise !

Définissez votre personnalité publique

De nombreuses entreprises, quand elles définissent leur ligne éditoriale, s’interrogent sur les éléments qui doivent être mis en avant et ceux qui doivent être occultés. Une chaîne d’agro-alimentaire valorise ainsi ses relations avec les producteurs, son enracinement sur un territoire, l’exigence de qualité et la traçabilité, mais va éviter à l’inverse de filmer certaines étapes de la chaîne de production qui décrédibiliseraient son discours.

Vous devez opérer de même à titre personnel : réfléchir sur les qualités que vous souhaitez valoriser ne suffit pas, vous devez aussi identifier les aspects de votre personnalité que vous jugez inutiles d’étaler sur la Toile. Par exemple, râler et se plaindre en permanence en public, sur Facebook ou Twitter, contre tout et n’importe quoi, peut donner une image négative et vous décrédibiliser.

De même, demandez-vous si toutes vos activités extraprofessionnelles doivent être exposées publiquement sur Internet. Si la pratique d’un sport, un engagement associatif ou du bénévolat et généralement bien perçu, demandez-vous si vos photographies de soirées trop arrosées ou votre présence à des manifestations altermondialistes ne devraient pas plutôt s’adresser exclusivement à la sphère privée.

Même si un employeur n’est pas censé éplucher vos comptes sociaux avant de vous recevoir en entretien, il pourrait bien ne pas s’en priver. Puisqu’il n’est pas contraint d’écrire une dissertation pour justifier le rejet de votre candidature, comment pourriez-vous l’apprendre ?

Auto-censurez-vous en permanence

Pour distinguer les publications privées des publiques, vous devez optimiser vos paramètres de confidentialité en mettant par défaut l’option la plus restrictive. L’immense majorité des réseaux sociaux permet en effet de paramétrer par défaut la visibilité de ses photos, de ses publications… Si un réseau social est utilisé à titre uniquement personnel, ou à plus forte raison à titre personnel et professionnel, vous devriez par défaut limiter l’accès à votre profil, à vos photos et publications à vos seuls contacts.

De même, avant de poster des propos forts sur Internet, demandez-vous s’ils vous porteront préjudice :

  • au cas où vos proches les lisent
  • au cas où vos collègues, supérieurs ou employeurs potentiels les lisent

Par ailleurs, dès lors que vous ne maîtrisez plus au contact près le public auquel s’adresse vos publications, vous quittez aux yeux de la loi la sphère privée ! Par exemple, sur Facebook, si une publication est adressée à vos amis et à leurs amis, vous quittez la sphère privée et le tribunal peut retenir une présomption d’espace public, avec toutes les conséquences que cela entraîne si vous critiquez par exemple votre employeur.

N’oubliez pas qu’Internet ne connaît pas le droit à l’oubli, et que vous ne connaissez pas forcément très bien tous vos contacts.  Vous laissez des traces même dans une publication privée : certains amis, parfois des collègues de travail, pourraient très bien ébruiter des propos un peu trop personnels que vous auriez dû réserver à une conversation orale.

r-TWEET-FAIL-large570Ce tweet lui a coûté sa place… et peut-être sa carrière !

Un effort sur l’orthographe est aussi inévitable, dès lors qu’une publication signée de votre nom est diffusée au-delà de vos cercles privés. Des interventions sur des forums, des tweets bourrés de fautes pourraient très bien vous être préjudiciables. Que pensera un employeur d’un candidat incapable de rédiger un message de 140 caractères sans commettre deux ou trois fautes, pour un poste où il sera amené à rédiger des emails ?

Occupez les réseaux professionnels

Selon votre secteur d’activités, vous pouvez aussi occuper les réseaux professionnels comme Linkedin et Viadeo, créer votre CV virtuel sur des sites comme Doyoubuzz.com, About.me, Aliaz.com…

Si vous êtes présent sur plusieurs sites, veillez à ce que :

  • Vos profils soient tous correctement complétés et maintenus à jour
  • Vos informations soient cohérentes et se recoupent d’un site à l’autre

Vous gagnerez de nouveaux contacts parmi les membres déjà inscrits et une visibilité supplémentaire sur Google pour qui tape votre nom : un candidat dont le nom donne comme résultats des espaces de présentation soignés sur des sites professionnels démontre un dynamisme incontestable.

Connaissez-vous les sites de jobbing ?

Si vous êtes engagé dans une période de chômage qui commence à s’éterniser, vous pouvez aussi valoriser vos compétences en vous inscrivant lorsque c’est possible sur des sites de jobbing. Aucun recruteur potentiel ne pourra vous reprocher de vous être engagé dans une telle démarche, qui démontre votre motivation et votre volonté de rester au contact de votre métier. Vous occuperez de plus une position supplémentaire sur votre nom sur Google, et pourrez toujours désactiver votre compte en cas d’embauche.

sefaireaiderProposez et valorisez gratuitement vos compétences sur SeFaireAider.com 

SeFaireAider.com, certainement l’un des plus complets et des plus aboutis sites de jobbing sur le marché, vous permet par exemple de vous inscrire gratuitement. Vous pouvez décider de valoriser votre coeur de métier ou une compétence exigée  dans votre secteur d’activités : une secrétaire trilingue peut ainsi proposer une correction de documents et des cours d’anglais.

Déposez aussi votre patronyme en nom de domaine !

Déposer le nom de domaine associé à votre patronyme est un investissement bien modique : comptez une dizaine d’euros par an environ sur Ovh.com ou Gandi.net pour devenir l’heureux propriétaire de martindupond.net, jeannedurand.com ou camillemartin.fr. Certains sites vous proposent une offre Premium incluant aussi le nom de domaine de votre choix, comme Aliaz.com pour moins de 20 euros TTC par an.

Vous bénéficierez d’un espace de présentation accessible et facile à partager : il s’ajoute sur un CV, une carte de visite personnelle, occupe une position sur Google pour qui tape votre nom. Vous éviterez aussi d’être devancé par un homonyme qui n’en fait pas un usage aussi judicieux que le vôtre.

Par ailleurs, vous pourrez créer une adresse mail dédiée à vos échanges professionnels. Contact@martindupond.net ou job@martindupond.net envoie un signal positif sur un CV, bien plus que louloutedu34@yahoo.fr ! Ne riez pas, je suis déjà tombé sur de telles adresses lors de phases de recrutement et la corbeille à papier a alors été ma principale amie.

Créez et animez votre propre blog ?

Vous disposez d’une expertise dans un domaine particulier ? Vous effectuez à titre personnel un travail de veille, ou souhaitez partager votre regard sur l’avenir de votre métier ? Vous disposez en plus d’un peu de temps (ou d’un conjoint compréhensif) ? Lancez votre propre blog d’expert !

Vous pourrez y dispenser de précieux conseils, relayer des informations qui vous semblent important, donner votre opinion sur l’actualité… Vous gagnerez aussi en crédibilité sur ce difficile marché qu’est celui de l’emploi. J’ai déjà participé à des phases de recrutement dans la communication web, et je vous avoue avoir privilégié, à profils similaires et durées de chômage équivalentes, celui qui possédait un compte Twitter actif et animait son blog. Quant à l’autre ? J’étais plus sceptique sur sa motivation à rechercher un emploi depuis un an, puisqu’il n’affichait aucune ambition particulière ni démarche active en ligne….

Alors, que vous soyez demandeur d’emploi, salarié en recherche active ou indépendant / autoentrepreneur, à vos claviers !

Photo de couverture : Shutterstock

A propos de l'auteur

Benjamin Thiers

Benjamin Thiers  (19 articles)

Responsable du Search Engine Marketing du site SeFaireAider.com, j'ai commencé à travailler dans le référencement naturel en 2003. Je suis fasciné par le formidable terrain de jeu que représente le marketing digital, en évolution permanente. Auteur des livres Digitalisez votre marque et Ce que Google veut, tous deux aux éditions Studyrama, j'anime aussi un cours de communication digitale pour Kedge Business School. J'anime depuis septembre 2015 la rubrique SEO/SEA de MyCommunityManager.

Commenter l'article


Hébergement web et serveur dédié par Ikoula - Site marchand par Wix - Conception artistique dans l'événementiel - Tuto Emarketing et Ecommerce

ARTICLE PRÉCÉDENT

ARTICLE SUIVANT