Facebook : Jeu, Set et Match

Facebook : Jeu, Set et Match

Introduction : Facebook Timeline

Mark Zuckerberg a présenté le nouveau Facebook Timeline qui fera son apparition générale le 1er octobre prochain. Les profils seront, à cette occasion, complètement modifiés.

Cette nouveauté va-t-elle contribuer à l’emprise de Facebook sur le web ou au contraire représente-t-elle une prise de risque pour le leader incontesté des réseaux sociaux voire du web ?

1-. Temps passé sur Facebook

Il  y a juste un peu plus d’un an en août 2010, Facebook devançait les sites Google ainsi que Yahoo pour devenir le site Web sur lequel les internautes passent le plus de temps.

Facebook écrase ses concurrents puisqu’il monopolise à lui seul deux tiers des visites sur les réseaux sociaux ou forums:

2-. Le mobile puissant allié

Les habitudes de surf des Internautes diffèrent selon le type de terminal utilisé. Sur les ordinateurs, la page d’accueil du navigateur est et reste, dans bien des cas,Google. Tandis que via les applications de votre Iphone, Smartphone Androïd ou Blackberry, vous pouvez directement vous connecter à Facebook sans utiliser le navigateur.

Le graphique suivant montre que le nombre d’applications utilisées régulièrement sur les smartphones est, pour deux tiers des mobinautes, compris entre 1 et 7. Ce chiffre relativement faible laisse peu de place à d’autres sites ou réseaux pour venir concurrencer le Numéro 1 des réseaux sociaux.

3-. Quand on est sur Facebook, on veut y rester

Facebook est, par essence, le site sur lequel les visiteurs RESTENT. Ils vont sur Facebook pour passer du temps. Cela peut être en Chattant avec des amis, en regardant des galeries de photos, en commentant l’activité de leurs amis, en jouant, voire l’ensemble de ces activités.

Une étude de insidenetwork sur les types de publicités sur Facebook tend à confirmer que les utilisateurs du réseau social préfèrent rester sur le site quand ils y sont. Plus de 60% d’entre eux, apprécient moins qu’une publicité affichée sur Facebook les envoient sur un autre site. Ils préfèrent soit les publicités pour les pages Facebook soit pour les évènements. Les actualités sponsorisées de Facebook répondent parfaitement à ce souhaits des membres.

4-. Voyeurisme auquel s’ajoute l’extimisme

Avec Timeline, le pari de Facebook est que les gens acceptent de mettre de plus en plus d’informations les concernant afin de pouvoir permettre aux annonceurs de cibler de plus en plus précisément et donc accepter de payer plus les publicités, que ce soit au CPC ou CPM.

La plupart des internautes aiment à regarder les albums photos de leurs amis ou d’autres activités. Facebook permet et incite à un certain voyeurisme. Ce voyeurisme ne connait comme limite que le contenu mis en ligne par les autres membres.

Avec les précédents « nouveaux profils », beaucoup de membres ont déjà été incités à fournir plus d’informations à leur propos telles que leur employeur, leurs études ou encore leur lieu de résidence.

Avec Timeline, c’est toute leur vie qu’ils seront incités à étaler. Vont-ils pour autant le faire ? Il se pourrait que nous constations des différences générationnelles. Il est plus dans la culture de la génération Y de s’exposer. Bon nombre d’entre eux ont déjà eu leur skyblog sur lequel ils ont affiché leur vie. Ce ne sera, pour eux, qu’un changement de plateforme. Pour les plus âgés, pas sûr que Facebook gagne le pari.

Les chiffres donnés par une infographie tendent à montrer que les jeunes adultes sont ceux qui sont le moins réticent aux changements apportés par Timeline :

5-. Les recettes suivent

Les recettes publicitaires de Facebook connaissent une croissance impressionnante.

Ces chiffres sont sortis avant le F8 et l’annonce par Facebook de Timeline. Timeline pourrait avoir pour d’effet d’augmenter considérablement l’usage des Facebook crédits. En effet, le site a conclu des partenariats avec d’importants fournisseurs de contenus : Spotify, Deezer, l’Ina, Netflix (aux USA uniquement), mais également des sites médias, dont le Journal du Net, Le Monde et Washington Post.

Certains titres de presse y voient, peut être, la possibilité d’enfin pouvoir vendre leurs contenus… Cela reste toutefois un pari très risqué pour eux, car même si le Washington Post a déclaré que leurs contenus sur Facebook diffèreront de ceux du site du journal, le risque d’une perte d’audience est loin d’être négligeable.

Par contre, Facebook ne peut qu’en sortir gagnant. Les internautes auront accès à une panoplie d’activités qui leur permettra de passer encore plus de temps sur le site. Ils ne devront même plus cliquer sur des liens externes pour consommer des médias, de la musiques ou des articles de presse. Si d’autres fournisseurs de contenus venaient à élargir l’offre, le pari de Mark Zuckerberg sera gagnant.

6-. Le match Google/Facebook

Au travers du match Google/Facebook, c’est le futur du web qui s’affronte. Soit une toile disséminée et pour laquelle un moteur de recherche puissant permet de retrouver les informations ou les contenus souhaités, soit un web centralisé autour de soi, sa vie et ses interactions sociales.

Dans bien des cas, je trouve que la phrase : »L’homme est comme l’eau, il emprunte la voie la plus facile » correspond à une réalité sociologique. Facebook est facile d’usage, vous êtes guidé un peu à l’image de votre parcours dans un magasin IKEA. Cet aspect peut être décisif dans le match qui l’oppose à Google.

C’est aussi la remise en cause de cette facilité d’usage et des habitudes qui font que chaque évolution de Facebook fait naître des rejets ou des contestations parmi les membres :

Avec une évolution telle que celle présentée au F8, les risques ne sont pas négligeables mais sont néanmoins réduits. Tant qu’il n’existe pas de réelle alternative à Facebook, les membres auront, probablement, vite fait de s’habituer à la nouvelle version.

Sources :
How many apps are too many ?
Facebook to Double Worldwide Ad Revenues This Year
Facebook passes Google in time spent
Facebook transforme ses profils en Timeline
Nouveau Facebook 86% de taux de rejet
Facebook Timeline

A propos de l'auteur

Régis Vansnick

Régis Vansnick  (16 articles)

Titulaire d'un DESS en marketing (3ème cycle) et d'un mastère en sciences économiques. Prof d’e-marketing à la haute école Lucia De Brouckère et Entrepreneur, créateur de la société Dkoop dont les principales activités sont la formation à l'usage des réseaux sociaux et le conseil en stratégie. Mon proverbe favori : "If you want to go quickly, go alone; if you want to go far, go together."

Site marchand par Wix - Conseils et coaching RH