Article suivant


My Community Manager

21 octobre 2013

Et si vous imaginiez une stratégie sociale sans Facebook ?

closeCet article a été publié il y a 9 mois 5 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour.
Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Depuis quelques semaines, j’écoute les conversations sur les réseaux sociaux et je vois qu’il y a une sorte de guerre entre les amis de Facebook et les amis de Google +, et notamment autour des considérations relatives au reach – surtout dernièrement -_-‘. Loin de moi l’idée de vouloir leur lancer la pierre – ni même de faire ma donneuse de leçons, j’estime que ce débat n’est pas un vrai débat. En effet, il convient de remettre à leur place les réseaux sociaux de manière générale, mais aussi de remettre en perspective les stratégies social média pour les envisager de manière plus pérennes et intégrées dans les stratégies d’entreprise.

Faux débat facebook

Réseaux sociaux ! Restez à votre place !!

Depuis que je travaille dans le web je vois les personnes s’évertuer à donner leurs meilleures pratiques pour générer de la visibilité et de l’interaction sur les réseaux sociaux. L’objectif ? Capter l’attention de l’utilisateur bien-sûr et surtout matérialiser cette attention par le sacro-saint ROI.

Avec les problèmes liés au reach Facebook et avec la guerre entamée par Google via Google + dont l’objectif est de capter la plus grande partie de l’activité du web sur ses plateformes (search et social), les annonceurs se sont évertués à entrevoir les plateformes sociales comme une réelle fin en soi. Les marques considèrent donc les plateformes sociales comme des buts et non comme des moyens, souvent au détriment de leurs propres sites web (et des utilisateurs ?).

Et l’utilisateur dans tout ça ? La réponse est simple :

  • des likes,
  • de l’interaction,
  • des fans…

Et dans la vraie vie ça donne quoi ?

Le site, le seul véritable territoire de marque sur le web.

Nombreux sont en effet les annonceurs pour lesquels ces logiques ultra connectées sont totalement déconnectées de leur réalité métier qu’ils en sont presque encore à se demander de l’utilité d’un site web, surtout quand leur activité ne les emmène pas nécessairement sur la voie du numérique conversationnel d’une part, et d’autre part quand leur clientèle n’a pas ou peu l’habitude des médias sociaux.

Social media addict

En effet, si l’on prend en considération l’état du marché actuel, alors que les agences rencontrent leurs clients (BtoB, industriels, etc.), la question des médias sociaux est presque toujours en phase d’évangélisation quand le SEO commence à faire partie des murs ! Et c’est là que le bât blesse !

En effet, les annonceurs ont bien compris l’intérêt d’avoir un site web qui leur permet d’avoir du trafic générant des conversions (téléchargement de brochures, commande client, demande de renseignement, complétion d’un formulaire de contact). Le site web est donc un environnement qu’ils maîtrisent à 100% – loin d’être soumis aux conditions d’utilisation des plateformes sociales… Mais quand on considère les réseaux sociaux on ne parle plus de conversion que l’on peut mesurer en emails en base ou en panier moyen. On parle de reach, de taux d’engagement, etc. Mais il faut l’avouer, ce n’est pas concret, pas du tout même.

C’est là que l’on touche à une incompréhension totale entre les « gens du milieu » et les autres. De fait, on m’a souvent dit « mon fils m’a dit d’aller sur Facebook pour doper mes ventes, mais je ne vois pas pourquoi ». C’est la raison pour laquelle il serait bon de remettre les réseaux sociaux à leur place en redéfinissant les contours du site web de manière plus large et plus conversationnel. Le résultat serait que tout le monde finirait enfin ( !) par se comprendre, et parler le même langage.

Incompréhension entre les interlocuteurs

Rendre son site conversationnel…

Une entreprise parle avec ses clients par de nombreux leviers qu’elle utilise déjà (outre son site web) : newsletters, rendez-vous clients, e-mailings, etc. Ces leviers sont déjà très pertinents, mais la seule réelle conversation réside dans les rendez-vous clients vu que le client converse avec son commercial qui aura la mission de remonter les informations à l’entreprise, mais c’est loin d’être instantané.

Les deux autres leviers, newsletter et e-mailings, ne considèrent la conversation que de manière descendante. Il n’y a pas de retour, et pour qu’il y ait une vraie conversation, c’est au client de décrocher son téléphone pour demander de plus amples informations. Et il est plus difficile pour un client d’agir de manière concrète en décrochant son téléphone. Cette opération nécessite une recherche de sa part. Il s’agit donc d’un processus complexe et requérant une réelle motivation de la part du client.

Si l’annonceur souhaite réellement mettre en place un système conversationnel, parce qu’il a vu son intérêt à apporter un soin tout particulier à :

  • l’écoute de sa clientèle,
  • captant l’attention de l’utilisateur,
  • générant du trafic,
  • favorisant la génération de contenu par l’utilisateur (UGC),
  • générant du trafic et potentiellement des conversions,

L’annonceur dispose de plusieurs moyens autres que Facebook et Google + pour rendre son site conversationnel (même si pour Google +, mon jugement sera plus nuancé, dans la mesure où cette plateforme a un réel impact sur le SEO).

On pourra donc faire une liste non exhaustive :

  • Réaliser un blog d’entreprise qui pourra mettre en lumière les usages ou l’expertise de l’entreprise au profit de ses clients utilisateurs (et non pas seulement les actualités de l’entreprise totalement inintéressantes pour la plupart des utilisateurs). Les lecteurs du blog pourront à souhait commenter les articles mettant en lumière les problématiques que vous soulevez, la conversation s’amorcera entre la marque/l’entreprise et ses clients.
  • Mettre en place un Forum que les clients ou les visiteurs s’approprieront rapidement. L’entreprise/la marque montera rapidement en autorité sur la thématique du forum.
  • Une FAQ dynamique afin que les utilisateurs enrichissent eux-mêmes les réponses par leurs pratiques propres.
  • Un module de feedback pouvant servir de backup en direct interactif.

smart tribune logo

Et la liste est longue et je laisse à l’imagination des créatifs le soin de trouver d’autres leviers on-site mais j’ai déjà trouvé un acteur qui propose la mise en place de plateformes interactives, forums, de FAQ dynamiques et de modules de feedbacks très pertinents, il s’agit de Smart Tribune. Entreprise jeune mais dynamique, je les trouve très prometteurs parce qu’ils proposent des leviers que les entreprises peuvent maîtriser, laissant leurs communautés s’autogérer. Je vous recommande de tester et d’aller voir ce que Cinémur en a fait !

cinemur logo

Les avantages SEO et analytics d’un site conversationnel

Rendre son site conversationnel, donc social, par la mise en place de ces outils permet d’accroitre les performances SEO du site. En effet, le contenu généré par les utilisateurs permet de rafraîchir le contenu des pages. En outre, ce contenu généré par les utilisateurs permet de positionner le site sur des requêtes aussi diverses que variées et donc longue traîne. De plus la recommandation sociale et la concentration des échanges sur le site permet de capter l’utilisateur, donc d’allonger la durée des visites, d’en augmenter le nombre et de multiplier les pages vues. Que du positif quoi!

 

Et vous, vous aviez déjà envisagé votre stratégie sociale sans Facebook ? 



A propos de l'auteur

Anne Delauney-Ladevèze
Anne Delauney-Ladevèze
Consultante SMO SEO dans une agence de WebMarketing (1ere Position). Je suis en charge de réaliser pour mes clients la stratégie en termes de référencement naturel, de liens sponsorisés et de référencement social. Anciennement Community Manager à l'International pour un cabinet d'études de marchés et Responsable Marketing, Communication et Webmaster pour un éditeur d'ERP en Allemagne, je suis trilingue (français, anglais, allemand) et je me remets tant bien que mal à l'Italien. Mes passions dans la vie ? Les voyages de longue durée dans les Pays de l'Est et Scandinaves, la photographie, l'art sous toutes ses formes, les amis, la famille ! Point caractéristique ?! Curiosité et soif de savoir, surtout de partager !








 
 

 
Facebook win

Cas Domino’s Pizza : La recette d’une campagne Facebook réussie

Cet article a été publié il y a 2 ans 1 mois 26 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Tous les bons marketeux se sont demandés un jour quels étaien...
par Alexandre Jouanne
22

 
 
moi

Social Media: Le côté obscur du nombril

Cet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 25 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.   Vous regardez les pages facebook d’Oasis, Coca-cola ou enc...
par Yvain Ducrocq
19

 
 
fans_facebook

Pourquoi ne faut-il pas complètement renier la course aux fans ?

Cet article a été publié il y a 2 ans 7 mois 10 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Après une course frénétique aux fans sur Facebook, il semble...
par Marine Landré
16

 




29 commentaires


 
 

  1. Florian BIANCHINI

    Je trouve ça assez marrant de poster ça le jour où Facebook est down pendant 2 – 3 heures !


  2. J’ai le sentiment que ton article va t’attirer les foudres de quelques CM et annonceurs qui surestiment l’importance de leur rôle (attention, je ne dis pas qu’ils ne sont pas important, juste qu’ils surestiment leur rôle…)… Toutefois, je rejoins ton avis et je pense que les réseaux sociaux doivent rester un outil, et non une fin.

    Pour donner un exemple concret : le jour où un maçon donnera plus d’importance à sa truelle qu’au mur qu’il construit avec (tout en sachant qu’un mur ne nécessite pas qu’une truelle seule), il y a fort à parier qu’il ne fera plus attention à ce qu’il fait de son mur et que celui-ci finisse par tomber…

    Voila un article comme j’aimerais en lire plus souvent sur le sujet, merci !


    • Alex

      Même si le raisonnement est logique, je ne suis pas du tout d’accord avec cet exemple sophiste.

      Ce n’est pas parce qu’il est évident qu’une marque n’ait pas besoin d’une stratégie digitale pour se développer, que les réseaux sociaux restent moins importants pour autant.

      Je ne pense pas que l’on puisse dire que l’importance des CM soit surestimée, je pense qu’elle est juste considérée par rapport au milieu communicatif digital dans lequel nous évoluons, qui lui, devient de plus en plus important.


  3. Anne Delauney-Ladevèze

    Bonjour Florian, bonjour Kaes,

    Merci pour vos retours!!

    Mais après à entrevoir ta pensée, Kaes, j’ai bien l’impression que l’on est de plus en plus nombreux à penser la même chose et du coup, j’avoue que mon humble expérience me fournit un bon paratonnerre – l’orage ne me fait donc pas peur :) Au plaisir d’échanger en tous cas :)


  4. Article très intéressant, mais pour moi le titre ne correspond pas à ce que l’on trouve dans le contenu :)

    En revanche, je suis d’accord que trouver un titre pour résumer tout ça n’est pas évident !

    Sinon, je suis assez d’accord avec l’ensemble, mise à part la partie sur la création d’un forum. Cela me parait envisageable pour de grosses structures mais pour des moyennes ou petites, il est très difficile de faire vivre un forum à l’heure de Facebook justement.

    Merci pour l’article en tout cas !


  5. Article très intéressant en effet ! Tout à fait d’accord sur le fait que les plateformes de réseaux doivent rester des outils et non des fins en soi.

    J’ai toujours pensé aussi que le fait que les personnes postent leur vie privée en laissant le contrôle aux CGU qui changent sans cesse, sans en être trop conscients, plus le fait que s’ils sont sur un réseau X et leurs proches sur Y, ils vont tenter de pousser ces derniers à les rejoindre et cela ne correspondra pas forcément à une plus value car ces derniers peuvent très bien n’y venir que pour garder le lien entre eux. Ca a été beaucoup de cas de mes neveux qui se sont épris de Yahoo Messenger, puis MSN, puis Facebook et ainsi de suite, laissant au passage leurs traces partout et nous faisant tourner chèvre pour être au courant de leurs aventures lorsqu’ils habitent loin de nous.

    Google +, tout à fait d’accord aussi que là c’est un peu différent, compte tenu du poids qu’a et aura sans doute encore longtemps le SEO sur cette plateforme, car nous ne sommes qu’aux prémices du regroupement des outils et services Google qui entraînera forcément une pratique différente des usagers. Le côté pratique et complet des produits attire aussi. La preuve en est que Bing a d’emblée réagi en cherchant à créer l’équivalent de la cartographie Google en s’alliant avec Klout.

    Le site pour moi est bel et bien le centre de l’ensemble de la communication et il se doit d’être interactif. Trop souvent des sites postent des actualités mais sans laisser la possibilité d’interagir, de relayer. Par contre les solutions que vous proposez, je suis d’accord avec Guillaume Masson qui indique que mettre en place des solutions plus lourdes pour interagir peut se révéler trop lourdes pour de petites entreprises.

    Faisant moi même la communication pour les autres, mon site est d’ailleurs pour l’heure la parent pauvre en matière d’articles et d’interactivité sur le blog. C’est la raison pour laquelle je suis en train de le repenser pour y introduire toutes sortes de choses qu’on peut introduire maintenant : authorship, relais de mes tweets, relais de mes interventions les plus marquantes ici ou là, relais des albums photos que je poste sur les plateformes et ainsi de suite. Je retravaillerai le référencement naturel à ce moment là.

    Parallèlement, comme j’ai vu que Google lance partout dans le monde des communautés Google Local, et que je pense que cela réintroduit l’humain qui s’était un peu perdu dans tous ces réseaux, j’ai lancé il y a peu un embryon de communauté Google Local Champagne-Ardenne (la région où je peux aller au devant des gens) pour récréer l’émulation, les partages à taille humaine et les interactions entre acteurs pros.

    RDV dans quelque temps pour voir si j’avais vu juste ;o)


  6. Salut tout le monde,

    Super article! Pour être honnête je compte un peu trop sur les réseaux sociaux et je n’ai jamais pensé à ce que j’allais faire s’ils n’existait plus ou s’ils n’était pas aussi populaire que ça.

    Je suis content d’être tombé sur ce article, ça me pousse à réfléchir à propos de certaines choses importantes. Étant donné que j’ai un petit blog, je pense que la solution la plus rapide pour moi serais de créer des articles qui entrainerait beaucoup de réactions dans la zone des commentaires.

    Après il y aura des problèmes pour la promotion et tout. De toutes les façons je vais penser vraiment à ce que je peux faire pour ne plus trop dépendre des réseaux sociaux.

    Maurel Archange


  7. LaurentR

    Merci pour l’article, ça rassure de voir ce genre de vision dans le CM et non pas tout le temps cette réflexion sur le SEO, SMO… qui dit communauté ne dit pas toujours “données, trafic, conversion” !

    On est bien d’accord, créer un post de CM qui ne rapporte pas fait un peu froid dans le dos des patrons, mais gérer une communauté pour humaniser et gérer l’image d’une marque n’implique pas toujours de passer par les incontournables Facebook et Twitter, loin de là !

    Je trouve l’article génial car on sort un peu du technique rébarbatif qu’on peut lire en général. Merci encore


 
 



Laisser un commentaire


Votre nom


Votre email


Votre site web

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>