Je m’appelle Nathalie, je suis Community Manager | My Community Manager

Je m’appelle Nathalie, je suis Community Manager

Bonjour, je m’appelle Nathalie, j’ai 20 ans et je suis Community Manager

Enfin… non… moi c’est Nathalie, j’ai 46 ans et je suis… Communicante… Mais je suis sûre que vous voyez où je veux en venir…

Community Manager… ou CM (souvent précédé d’un #)… Voici un métier qui suscite bien des débats, des convoitises, des commérages, des idées fausses, des vocations, des fails… LE métier à la mode de cette année 2010.

 

Pour ma part, j’ai pour habitude de faire un parallèle avec un autre métier, un autre temps : quand j’avais 15 ans, dans les années 80, mes copains étaient fiers d’annoncer que leurs pères étaient « Consultants » ou « Conseillers ». C’était LE métier à la mode ! Ces Consultants avaient de la bouteille de l’expérience, quadra ou quinqua, ils avaient derrière eux des années de pratique dans le domaine d’activité qu’ils représentaient alors.  Un Consultant en informatique avait travaillé 20 ans chez IBM, un Conseiller en gestion de patrimoine avait été banquier (voire Directeur de banque) durant 30 ans… Plus qu’un phénomène de mode, devenir Consultant ou Conseiller était l’aboutissement d’une carrière professionnelle, les grosses voitures et les vacances au ski , la certitude d’une expertise acquise, le passage du statut de salarié à celui de profession libérale.

J’ai fait ce parallèle quand j’ai entendu parler pour la première fois du métier de Community Manager (il y a 3 ans je crois ? même si la fonction n’avait pas encore ce nom là). C’était de la bouche même d’anciens Directeurs de communication quadra ou quinqua (mais non je ne fais pas une fixation !). C’était pour moi le Consultant en Communication des temps modernes, un « Dir de Com’ aguerri aux NTIC » comme ils se définissaient ! Des communicants avec option Internet, mais communicants avant tout, et cela en faisait un métier légitime au regard de leur expertise.

Le Community Management devenait une nouvelle méthode de communiquer, plus proche du public, véhiculée par de nouveaux supports, adaptée aux nouvelles habitudes du consommateur. Exit les flyers, les plaquettes institutionnelles, les mailings… Welcome les réseaux, les forums, les blogs… Oui mais… c’était toujours et cela reste de la communication !

Et puis, il y a peu, est apparue une nouvelle génération de Community Manager, les moins de 20 ans (bon d’accord… 25), les stagiaires, les arrivistes autoproclamés, les Twitterriens bavards… à ma curiosité du « comment es-tu devenu CM ? » combien de fois ai-je entendu  « Tu sais ça fait 2 ans que je suis sur Twitter et j’ai 1900 fans ! » ?

Twitter compterait donc 158 millions CM ? Est-ce que tweetter depuis 2 ans à titre personnel suffit ? Est-ce que générer 1900 fans suffit ? Aucune étude de Com’ ? Si peut être pour le stagiaire, souvent décrié, mais finalement le plus légitime, il suffira de bien l’encadrer… Aucune expérience de Com’ ?

A ce stade là, en général, je me fais fustiger !

« Y’a pas d’âge pour être CM » si, désolée, peut être pas l’âge de vos artères mais celui de vos années d’expérience.

« je me débrouille bien sur Twitter, la preuve le compteur de mes fans ! » là, je m’abstiens de débattre sur les compteurs, les trafics de compteur, la qualité des fans… sinon c’est le bûcher !

« mais tu sais la Com’ c’est pas tout, le côté humain et social est bien plus important dans ce métier » Biiiien plus important ? Le CM est donc l’assistante sociale de l’entreprise ? Bien sur qu’il faut aimer les relations humaines ! L’entreprise est faite d’humains, mais aussi de produits ! Une petite dose de commercial par exemple pourrait être également utile non ? On ne peut pas parler d’une entreprise (ou au nom de l’entreprise) comme on parle de nous à titre privé.

« je fais de l’informatique depuis toujours et je surf depuis 1995 » Voilà une vraie valeur ajoutée ! la maitrise de ces fameuses NTIC… mais uniquement si elle s’accompagne d’une culture de communication (sous toutes ses formes)

Rappelons que le Community Management c’est tout de même la gestion de la réputation d’une marque, d’un produit, la représentation d’une image, d’une société, une communication, où chaque mot doit être choisi, parfois pesé, où une situation de crise peut naitre du sens d’une phrase, d’une idée mal exprimée…

Et croyez-moi, le métier de Communicants est très difficile et même après des années de pratique, nous faisons encore parfois des erreurs !

Retrouvez l’interview sur  Socializfr et merci à Nathalie de Corpor@tement Vôtre

A propos de l'auteur

Guillaume Sagnes

Guillaume Sagnes  (7 articles)

Passionné par la communication digitale et après 8 ans passés sur le terrain dans des fonctions commerciales, je suis aujourd'hui dirigeant de l'Agence Socializy et Consultant en Stratégie de Communication Digitale & StreetMarketing. Socializy est une agence conseil en communication digitale à Dijon et spécialisée dans la mise en place de stratégie digitale, le positionnement des entreprises sur les réseaux sociaux et la création d'opération de marketing alternatif (streetmarketing et guérilla marketing). Notre agence veille également sur les nouvelles tendances du marketing digital comme le ROPO et le SOLOMO. Je suis également formateur à l'IUT Infocom de Besançon depuis 2011 et à la CCI du Jura. Barcampeur, Blogueur, Buveur de café

Site marchand par Wix - Conseils et coaching RH