Attention, de fausses pages vous promettent des Facebook Credits !

closeCet article a été publié il y a 2 ans 8 mois 24 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Depuis cet été, les utilisateurs de Facebook peuvent régler leurs achats sur la plateforme avec les Facebook Credits. Aujourd’hui,  une arnaque, en français,  utilise des Facebook Credits « offerts gratuitement »… mais rien n’est jamais gratuit !

Qui n’a jamais rêvé d’agrandir son lopin de terre avec de l’argent providentiel ? Qui n’a jamais aspiré à plus d’armes pour son gang mafieux sans piocher dans sa caisse noire ? Vous l’avez voulu, un site vous propose 2 000 Facebook Credits sans bourse délier. Ce site est supporté par la plateforme Blogspot alors qu’il indique très clairement en majuscule « Created By FACEBOOK ».  En un clin d’œil, la supercherie est découverte : la contrefaçon reste assez grossière. On voit bien qu’il s’agit d’une copie d’écran d’une fanpage et que le texte contient des fautes. Passons et voyons ce que ce site cherche à nous soutirer car il y a toujours anguille sous roche !

Si l’on regarde de plus près, on vous demande de rendre quelques menus services car rien n’est gratuit !

L’opération se déroule en 4 étapes, alors suivons-les !

Etape 1 : le partage.

Evidemment, on vous demande de répandre la bonne nouvelle autour de vous : un site distribue des Facebook Credits en l’échange de quelques clics ! Alors postons ce message sur notre mur Facebook, à la vue de tous et faisons fi de notre e-réputation !

Etape 2 : le copier-coller magique.

En plus de la partager sur votre mur, rendez-vous sur les fanpages de vos jeux préférés et répandez la bonne nouvelle. Une publicité gratuite avec une main d’œuvre motivée par l’appât du gain. Et ce sont les community managers de ces pages qui vont être ravis de voir leurs pages floodées.

Etape 3 : aimez la page !

Mais que serait l’arnaque sociale sans le passage obligé du “like” ? Et l’orthographe approximative de “confirmer”, donne une saveur très “made in France”.

Une fois que vous avez liké, vous devez maintenant confirmer votre amour. Surprise !  Vous êtes dirigé vers….

… une fanpage qui vous propose de visualiser des vidéos sportives. “Il dit qu’il ne voit pas le rapport.”

Vous remarquerez que 327 558 personnes ont validé le like (!). Quel est le lien ? Pourquoi ? Intéressons-nous aux commentaires de ces vidéos. Les « fans » se sont peut-être rebellés et ont fait part de leur déconvenue.  On compte 94 commentaires, ils se sont peut-être livrés au cyber-bashing de la page pour se venger !

Que nenni. D’une part, ils ne font pas part de leur mécontentement et d’autre part, ils continuent de propager le texte de la fausse fanpage, au cas où… Vous noterez même que ces commentaires forment une tour de Babel d’un nouveau genre. Alors tous fans visiteront peut-être cette page qui héberge ces vidéos sportives. Ils généreront peut-être du trafic sur une page, ça ne vous rappelle pas la technique du likejacking ?

Revenons à notre quête initiale : les Facebook Credits ! Il reste une dernière et ultime étape pour les obtenir.

Etape 4 :  regardez une vidéo

 

Un athlète vous explique comment vous muscler…Une question vous vient à l’esprit : ” Mais c’est quoi ce délire ?” Et vous avez raison de vous la poser ! Vous vouliez ces Facebook Credits pour agrandir votre ferme et vous vous retrouvez à regarder un jeune homme qui fait de la gonflette. C’est ce qui s’appelle du détournement.

Alors que se passe-t-il lorsque l’on réclame son dû après ses 4 étapes ?

Vous ne recevez rien car vous n’avez pas respecté le processus alors vous allez recommencer et poster d’autres messages sur plusieurs fanpages et offrir une belle vitrine d’exposition à cette page. Et une autre petite faute d’orthographe pour le fun.

Vous avez donc assuré la publicité de cette fausse page et de sa fanpage pour ne rien recevoir en retour !

Conclusion, vous vous êtes fait avoir.

#Bref (pour reprendre le trend tag), de nombreuses pages surfent sur la vague des Facebook Credits alors restez sur vos gardes, n’oubliez que le Père Noël est une fable pour les petits.

 Surfez en toute sécurité !

A propos de l'auteur

Samya Ihammouine

Samya Ihammouine  (12 articles)

Issue de la génération X, je me suis adaptée rapidement aux us et coutumes de la génération Y. Community manager freelance, je m'intéresse aussi bien aux objets connectés qu'au sport et à la nutrition

Commenter l'article